Le biologiste de l’Université Laval, Louis Fortier, est directeur scientifique d’ArcticNet.

32 M$ et cinq ans de plus pour ArcticNet

«On est bien excité pendant une demi-heure, et ensuite on réalise qu’on vient de se donner pour 32,5 millions $ d’ouvrage», blague le biologiste de l’Université Laval Louis Fortier, directeur scientifique d’ArcticNet. L’imposant réseau de recherche sur le Grand Nord vient en effet de recevoir un financement de 32,5 millions $ pour assurer son fonctionnement sur cinq ans, a annoncé l’UL mardi matin.

«Ça va nous permettre notamment de nous connecter sur “l’économie bleue arctique”, avec le tourisme, les pêcheries, la navigation, et même les mines parce que le minerai extrait là-bas est transporté par bateau. On est en retard là-dessus, au Canada», dit M. Fortier. L’initiative North-by-North, qui vise à améliorer l’éducation des populations du nord, sera un autre point focal des recherches d’ArcticNet.

Près de 150 chercheurs

Fondé en 2004, ArcticNet est un «réseau de centres d’excellence» qui coordonne la recherche sur le Grand Nord dans toutes les disciplines, allant du climat à la biologie marine en passant par les sciences sociales. À l’heure actuelle, ArcticNet réunit près de 150 chercheurs d’une trentaine d’universités canadiennes et des gouvernements fédéral et provinciaux, de même que des centaines d’étudiants aux cycles supérieurs. C’est ce réseau qui assure la direction scientifique des missions du brise-glace NGCC Amundsen.

«Des solutions techniques pour stabiliser la piste de l’aéroport d’Iqaluit aux programmes de santé au Nunavik, de l’évaluation du risque de forages pétroliers dans la mer de Beaufort à la définition de la frontière entre le Canada et le Groenland dans le détroit de Nares, nous avons répertorié pas moins de 130 cas où les connaissances créées par ArcticNet et ses partenaires ont éclairé les décisions, les actions et les politiques dans le Nord», indique Philippe Archambault, lui aussi biologiste à l’Université Laval et codirecteur scientifique d’ArcticNet.