Le site MaListeMaSanté.ca regroupe les organismes qui offrent des services en santé mentale en français, un répertoire qui n’existait pas à ce jour.

Une initiative en santé mentale par et pour les jeunes francophones

Un nouvel outil, créé par et pour les jeunes, permet d’accéder facilement aux ressources en santé mentale pour les francophones d’Ottawa.

Le site MaListeMaSanté.ca regroupe les organismes qui offrent des services en santé mentale en français, un répertoire qui n’existait pas à ce jour.

«On a fait une grande liste de ressources francophones pour améliorer l’accessibilité et informer les jeunes qu’il y a des ressources qui sont disponibles pour eux et les encourager à trouver de l’aide. Ce n’est pas tellement évident qu’il y a des ressources. En plus, en santé mentale c’est tellement stigmatisé que ça prend un petit coup de pouce de plus pour trouver les services en français», explique Claudia Sauvé, membre du Comité consultatif de jeunes (CCJ) qui a conçu la liste pour Réseau Ado, le programme de promotion de la santé bilingue au CHEO.

Afin de promouvoir le site, les jeunes ont réalisé une vidéo d’animation qui est disponible sur la chaîne YouTube du Centre hospitalier pour enfant de l’est de l’Ontario (CHEO). Des images défilent à l’écran et on y voit un adolescent qui fait face à différents défis, comme l’amour, la violence, les études, les amis, la famille, l’identité et l’argent.

«Parfois, ça peut paraître trop pour certaines personnes, dit le narrateur. C’est difficile d’avouer qu’on a besoin d’aide, encore plus à quelqu’un d’autre.»

L’approche par et pour les jeunes se voulait une nouvelle façon d’aborder la problématique tout en orientant les jeunes vers les ressources à leur disposition. À plus long terme, l’objectif est de diffuser la vidéo sur les réseaux sociaux et dans les écoles en plus de créer des affiches publicitaires.

«Les adultes ne lâchent pas d’essayer d’en parler, mais ça ne va pas toujours avec ce que les jeunes veulent. On a identifié tous les obstacles auxquels les jeunes franco-ontariens font face et on a décidé de faire une vidéo.»

«Si t’avais une minute»
Par ailleurs, Santé publique Ottawa (SPO) a dévoilé les 33 soumissions vidéo au projet «Si t’avais une minute» jeudi dernier. La campagne de pairs à pairs offrait la chance aux jeunes de partager des messages positifs sur la consommation de drogues et la santé mentale.

Des élèves des quatre conseils scolaires d’Ottawa ont participé à l’initiative. En tout, 22 des 33 vidéos ont été réalisés dans la langue de Molière. Les jeunes abordent le sujet en donnant des outils et des solutions pour s’en sortir en plus d’encourager les gens à en parler.

«On voulait aider les gens qui vivent avec du stress et qu’ils sachent qu’ils ne sont pas seuls. Il y a beaucoup de gens qui sont là pour les soutenir», explique Abigaël Kabongo, élève de 10e année en immersion française à l’école secondaire St-Patrick’s.