Les femmes victimes de violence conjugale incapables de parler en cette période de confinement peuvent maintenant envoyer un texto pour obtenir de l’aide.
Les femmes victimes de violence conjugale incapables de parler en cette période de confinement peuvent maintenant envoyer un texto pour obtenir de l’aide.

Un texto pour les femmes victimes de violence conjugale

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Les femmes victimes de violence conjugale incapables de parler en cette période de confinement peuvent maintenant envoyer un texto pour obtenir de l’aide.

Le programme «Pas bien chez soi» vise à aider les femmes de l’Est de l’Ontario.

La Coalition d’Ottawa contre la violence faite aux femmes (COCVFF), la Maison Interval d’Ottawa et le Centre des ressources de l’est d’Ottawa, et Prévention du crime Ottawa sont à l’origine de ce projet.

Les femmes victimes de violence conjugale peuvent envoyer un texto au (613) 704-5535 ou entreprendre une séance de clavardage avec des intervenantes (pasbienottawa.ca).

«Le service a été créé pour les femmes qui sont incapables d’appeler une ligne de crise, car elles sont renfermées à la maison avec la personne qui les abuse pendant la pandémie de COVID-19 et les mesures d’éloignement physique» remarque Erin Leigh, Directrice générale de la COCVFF.

Le service est disponible de 8h30 à minuit, 7 jours sur 7.