Alors qu'il envisageait un déficit de plus de 10 millions$ il y a quelques mois à peine, le CISSSO a réussi à conclure l'année 2019-2020 avec un surplus d'un peu plus de 5 millions$.
Alors qu'il envisageait un déficit de plus de 10 millions$ il y a quelques mois à peine, le CISSSO a réussi à conclure l'année 2019-2020 avec un surplus d'un peu plus de 5 millions$.

Un surplus de 5,3 millions$ au CISSSO

Alors qu'il envisageait un déficit de plus de 10 millions$ il y a quelques mois à peine, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a réussi à conclure l'année 2019-2020 avec un surplus d'un peu plus de 5 millions$.

Pas plus tard qu'au début mars, le CISSSO s'attendait à ce que l'exercice financier ayant pris fin le 31 mars dernier se termine avec un manque à gagner de 10,7 millions$, entre autres en raison de la hausse des dépenses dans la colonne des ressources humaines – heures supplémentaires, assurance salaire et main-d'oeuvre indépendante.

À la ligne d'arrivée, le portrait avait changé. Le conseil d'administration du CISSSO a donc pu adopter, lundi, des états financiers montrant un surplus de 5,3 millions$ pour l'année 2019-2020. «Une belle surprise», a commenté une membre du conseil d'administration dans le clavardage de la séance virtuelle.

Ce revirement de situation dans le portrait budgétaire du CISSSO découle en grande partie de sommes ayant été accordées au réseau régional par le ministère de la Santé.

«Le ministère nous a confirmé en fin d'année la récurrence de certains financements tels que la récurrence de 12 millions$ en soutien à domicile, a indiqué lundi la directrice des ressources financières du CISSSO, Murielle Côté. […] On peut maintenant l'inclure officiellement dans notre planification budgétaire en début d'année et ne pas attendre à la fin de l'année pour se faire confirmer le montant.»

Un autre montant a été obtenu de Québec pour couvrir les dépenses occasionnées par l'ajout de cadres attitrés aux territoires périphériques et par la bonification des «services de proximité» dans des centres locaux de services communautaires (CLSC) en milieu rural.

Josée Filion, présidente-directrice générale du CISSSO

1 milliard$ de revenus

Pour la première fois depuis sa création en 2015, le CISSSO a généré des revenus ayant dépassé la barre du milliard de dollars – 1 004 537 655$ très précisément.

Le surplus de 5 millions$ ne représente donc que «des grenailles» dans l'immense budget de l'organisation, a souligné sa présidente-directrice générale, Josée Filion, en entrevue avec Le Droit. Dans les faits, le surplus ne représente que 0,5% des revenus de l'an dernier.

Le surplus ne servira donc pas à la création de nouveaux services, mais plutôt à ajuster les sommes consenties à certains secteurs où les coûts ont augmenté plus rapidement que prévu. C'est notamment le cas pour l'achat des aliments, a donné en exemple Mme Filion, en soulignant qu'une analyse devra être faite en fonction des différents besoins.

Budget 2020-2021

En temps normal, le CISSSO adopte son budget pour l'année en cours à la fin juin, en même temps que les états financiers de l'année précédente. En temps de pandémie, l'adoption du budget 2020-2021 ne se fera qu'à la mi-juillet. «On n'a pas reçu encore les orientations [ministérielles] par rapport au budget», a indiqué Mme Filion.

Le surplus dégagé au cours de l'année dernière ne signifie toutefois pas que l'organisation arrêtera de faire l'analyse de ses «pratiques» et «façons de faire», note Mme Filion, en précisant avoir «le souci de bien utiliser l'argent des fonds publics».

Le CISSSO souhaite donc réussir à se dégager «une marge de manoeuvre» pour l'exercice en cours, entre autres pour être en mesure de «répondre à des urgences» en cours d'année sans devoir craindre un déficit chaque fois qu'un imprévu survient.