Cette photo a été prise par Jeanine Buteau à l’Hôpital de Hull en avril dernier.

Un plan pour améliorer «l’état» de l’Hôpital de Hull

L’intervention d’une citoyenne aura permis l’élaboration d’un plan pour améliorer « l’état physique des chambres et de l’environnement de travail » de l’Hôpital de Hull.

Lors de la réunion du conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) du mois dernier, la Gatinoise Jeanine Buteau avait dénoncé ce qu’elle considère être de la « négligence » dans l’entretien de l’Hôpital de Hull.

Photos à l’appui, elle avait alors décrit l’état de la chambre où son époux a été hospitalisé l’hiver dernier. Les murs étaient parsemés de trous, le gypse était endommagé et le calorifère orné de saleté.

À LIRE AUSSI

«Négligence» dans l’entretien à l'Hôpital de Hull

Dans une réponse acheminée à Mme Buteau, la présidente-directrice générale par intérim du CISSSO, Josée Filion, souligne que le conseil d’administration a accordé « une grande importance » à son témoignage.

Mme Filion rappelle aussi que « le taux d’occupation élevé des chambres présente un défi dans la planification d’entretien », tout en informant Mme Buteau que grâce à son intervention, une équipe a été formée « afin de proposer un plan » visant à effectuer les travaux nécessaires « pour rendre l’environnement physique plus adéquat ».

Le CISSSO utilisera ainsi le secteur ouest du 5e étage du centre hospitalier « comme espace transitoire afin de libérer les unités, une à la fois, et effectuer des travaux requis ». 

Ce secteur de l’Hôpital de Hull avait servi à accueillir des patients du Centre hospitalier Pierre-Janet pendant que des travaux s’y déroulaient. 

Mme Filion indique dans sa lettre que l’objectif est de terminer les travaux d’ici le mois d’octobre prochain.

Lors de son intervention du mois d’avril, Jeannine Buteau avait aussi déploré qu’en l’absence d’oreillers à l’urgence, son mari avait dû se débrouiller avec deux jaquettes d’hôpital en guise de coussin. Ce problème a été « corrigé rapidement », assure le CISSSO. 

« Nous avons amélioré le processus de gestion d’inventaire, de commande et de gestion quotidienne de nos oreillers aux urgences, qui, nous l’espérons, pourra réduire considérablement, sinon éliminer complètement, l’incidence de ce désagrément », a écrit Mme Filion.