Le médecin Robert A. Laflèche, de Sherbrooke, vient d’être radié pour quatre ans par le Conseil de discipline du Collège des médecins.

Un médecin de Sherbrooke radié pour quatre ans

Un médecin de Sherbrooke vient d’être radié pour quatre ans à la suite d’une décision rendue par le Conseil de discipline du Collège des médecins.

Le conseil a imposé au Dr Robert A. Laflèche une période de radiation temporaire de quatre ans et une amende de 2500 $. La sanction était exécutoire depuis le 10 avril dernier, annonce le Collège des médecins.

À lire aussi: Trois médecins estriens au Conseil de discipline

Le Dr Laflèche était visé par une plainte d’inconduite sexuelle avec relation sexuelle complète. Son audience a débuté le 25 février dernier, rappelons-le.

La plainte avait été déposée contre le médecin en septembre 2018. On lui reprochait d’avoir eu des relations sexuelles avec une patiente en 1984 et 1987.

L’intimé avait plaidé coupable à un chef d’accusation, selon ce qu’on peut lire dans la décision disciplinaire dont La Tribune a obtenu copie.

La partie demanderesse demandait une peine de cinq ans de radiation et une amende de 5000 $. Pour sa part, Robert A. Laflèche suggérait une radiation temporaire d’une année et un montant de 2500 $ de pénalité.

La décision mentionne que la victime et le médecin avaient développé une relation de confiance avec les années. Cette dernière a mentionné qu’il en a abusé pour obtenir des relations sexuelles avec elle. Lors des relations sexuelles, la victime dit ne pas avoir ressenti de sentiment amoureux du médecin. Elle affirme avoir été utilisée comme un simple « jouet sexuel ». 

La dernière rencontre avec Laflèche a eu lieu en 1987. Par la suite, elle a fait trois tentatives de suicide et a été admise à l’unité de psychiatrie. Une longue période dépressive s’en est suivie. Elle dit avoir perdu confiance en elle, ce qui lui a rendu difficile d’entreprendre une relation amoureuse par la suite. Le conseil de discipline estime qu’une politique de tolérance zéro doit être appliquée pour dissuader les comportements d’inconduite sexuelle.