Le conseil d'administration du CISSSO a adopté, jeudi, les états financiers de l'année s'étant achevée le 31 mars dernier, qui sont plus reluisants que ce à quoi l'organisation s'attendait au cours des derniers mois.

Un déficit 33 fois plus petit que prévu au CISSSO

Après avoir craint de terminer l'année 2018-2019 avec un déficit de 12,7 millions$, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) s'en sort avec un manque à gagner de seulement 381 000$ grâce à un financement supplémentaire alloué par Québec.

Le conseil d’administration du CISSSO a adopté, jeudi, les états financiers de l’année s’étant achevée le 31 mars dernier, qui sont plus reluisants que ce à quoi l’organisation s’attendait au cours des derniers mois. Dans les faits, le manque à gagner est 33 fois plus petit que ce qui avait été évoqué.

La directrice des ressources financières, Murielle Côté, a indiqué que le bilan de 2018-2019 a pu se rapprocher à 381 000$ de l’équilibre budgétaire grâce à du financement additionnel non récurrent accordé par le ministère de la Santé.

Le CISSSO a notamment reçu une enveloppe de 7,6 millions$ pour couvrir «le dépassement des heures de services» dans l’offre de soins à domicile. Un autre montant de 2,5 millions$ a été obtenu pour «le maintien des services», tandis qu’une somme de 1,6 million$ a été reçue pour couvrir les coûts des médicaments, qui ont été plus élevés qu’initialement prévu.

La pente à remonter est donc moins abrupte que ce qu’anticipait le CISSSO au cours des derniers mois. En janvier dernier, le conseil d’administration avait notamment adopté un plan de retour à l’équilibre budgétaire visant la récupération de 12,7 millions pendant l’année en cours.

Amélioration continue

Le président du conseil d’administration, Michel Roy, n’a pas hésité à qualifier le déficit final de «léger». La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, a toutefois précisé que malgré un résultat frôlant l’équilibre, le plan qui visait à alléger les dépenses de 12,7 millions$ est maintenu.

«L’argent que nous avons eu, c’est de l’argent qui est non récurrent, donc pour nous, c’est important de poursuivre les travaux, a-t-elle mentionné. […] Si on baisse les bras maintenant, ce n’est pas dit qu’on va avoir des sommes pour éponger un déficit qui pourrait avoir lieu [pour l’année en cours].»

Le plan de retour à l’équilibre budgétaire devrait donc maintenant s’appeler «un plan d’amélioration continue» ou «un plan de performance clinique», note la PDG. Ce plan de 12,7 millions$ prévoit entre autres la récupération de 2,5 millions$ en «santé organisationnelle», en réduisant les dépenses en assurance salaire. «C’est important, donc on maintient la même cible», a indiqué Mme Filion.

En parallèle, le CISSSO espère que les sommes obtenues sur une base non récurrente en 2018-2019 pourront être allouées aussi pour l’année en cours. «C’est ce qu’on souhaite, qu’il y ait une reconnaissance […] des volumes d’activités qui sont faits», a-t-elle mentionné.

Pour 2019-2020, le CISSSO a adopté le mois dernier un budget de 949,7 millions$ qui devrait lui permettre de renouer avec l’équilibre budgétaire au 31 mars 2020. Si l’organisation parvient à respecter son plan d’amélioration, elle pourra alors «se dégager une marge de manœuvre pour pouvoir l’investir dans des secteurs cliniques qui en ont besoin», a expliqué Mme Filion.