Tous les terrains et les stationnements des installations du CISSSO deviendront sans fumée l’an prochain.

Un CISSSO sans fumée en juin 2019

Les terrains et stationnements des établissements de santé de l’Outaouais deviendront, dans un an, des environnements entièrement sans fumée.

C’est dans le cadre de la journée mondiale sans tabac que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a annoncé, jeudi, que son projet « Environnement sans fumée » se concrétisera en date du 1er juin 2019.

« Concrètement, cela signifie que le périmètre actuel de neuf mètres ‘sans fumée’ sera alors élargi pour couvrir la totalité des terrains et stationnements de nos installations, précise le CISSSO. Conformément à la politique, quelques rares exceptions seront permises notamment pour accommoder et assurer la sécurité des usagers hébergés. »

La nouvelle politique s’appliquera donc aux terrains de tous les types d’établissements regroupés au sein du CISSSO, qu’il s’agisse par exemple d’un hôpital, d’un CLSC, d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou d’un centre de réadaptation.

Les exceptions toucheront surtout les CHSLD, puisqu’ils sont des « milieux de vie » pour les usagers, explique la chargée de projet d’Environnement sans fumée, Ève Fréchette. Les fumoirs qui s’y trouvent pourront donc continuer d’exister. Les patients hospitalisés à mobilité réduite pourraient aussi avoir accès à « une zone à l’écart » pour fumer. « Mais ce ne sera plus en avant des portes, assure Mme Fréchette. Ce sera peut-être dans un coin de stationnement et ce sera déneigé l’hiver, mais ça ne va pas exposer les autres usagers à la fumée secondaire. »

La Direction de santé publique de l’Outaouais (DSPO) profitera de l’année à venir avec le changement de réglementation pour se lancer dans une vaste campagne de sensibilisation. Mme Fréchete dit croire que l’interdiction de fumer sur les terrains du CISSSO deviendra rapidement un élément « acquis » pour les fumeurs, « de la même manière que c’est acquis qu’on ne fume plus dans les avions ou dans les restaurants ».

Dans les mois qui suivront le 1er juin 2019, des « billets de courtoisie » seront remis aux contrevenants. « On ne veut pas être trop négatif dans notre approche », note Mme Fréchette en soulignant que les détails des « mécanismes de contrôle » qui seront éventuellement mis en place ne sont pas encore définis.

Dès l’automne dernier, un projet similaire a été implanté à plus petite échelle au CISSSO, dans les unités de réadaptation pour les jeunes vivant des difficultés d’adaptation.

En Ontario, l’interdiction de fumer à l’intérieur des limites des terrains des hôpitaux est en vigueur depuis le 1er janvier dernier.