Le Dr Malek Tabbara comblera le poste vacant en chirurgie générale à l’Hôpital de Maniwaki.

Un chirurgien enfin recruté à Maniwaki

Après des mois de recherche, un chirurgien a finalement été recruté pour travailler à l’Hôpital de Maniwaki, où plusieurs bris de service sont survenus depuis l’automne dernier.

Le Droit a appris que c’est en consultant un article parlant des bris de service survenus ces derniers mois en Haute-Gatineau que le Dr Malek Tabbara a appris qu’un des deux postes en chirurgie générale était vacant à l’Hôpital de Maniwaki.

Malgré les nombreuses démarches effectuées de concert avec le ministère de la Santé et la Fédération des médecins spécialistes du Québec, c’est donc un peu par hasard si le CISSSO pourra compter sur le Dr Tabbara pour assurer des gardes en chirurgie générale dès le mois de juin.

« On a eu de la chance », a souligné le directeur des services professionnels adjoint du CISSSO, le Dr Nicolas Gillot.

L’inscription du Dr Tabbara au Collège des médecins du Québec indique déjà que son lieu de pratique est l’Hôpital de Maniwaki. Il est actuellement détenteur d’un permis restrictif puisque sa formation médicale de base a été faite en dehors du Canada et des États-Unis.

Le profil du site LinkedIn du Dr Tabbara – où il indique déjà qu’il pratiquera à Maniwaki – précise qu’il a été formé à l’Université libanaise. Sa spécialisation en chirurgie l’a aussi mené à la faculté de médecine de l’Université Harvard, à l’Université Pierre-et-Marie-Curie de Paris et à l’Université de Montréal, entre autres.

« Il est à Montréal en formation complémentaire, il finit son fellow et s’en vient », a fait savoir le Dr Gillot.

Ce dernier a indiqué que l’horaire de garde en chirurgie générale à Maniwaki ne contient aucun trou d’ici à ce que le Dr Tabbara y commence sa pratique.

Bris de service

Depuis la mi-novembre, six bris de service en chirurgie générale ont eu lieu à l’Hôpital de Maniwaki, ce qui a forcé le CISSSO à mettre en place des trajectoires pour que les patients puissent être dirigés vers d’autres hôpitaux, à Gatineau ou à Mont-Laurier. Dans certains cas, les bris se sont échelonnés sur plusieurs jours.

Cette situation découlait de la démission subite d’un des deux chirurgiens qui étaient en poste.

Les bris de service étaient au nombre des irritants ayant mené des dizaines de citoyens de la Municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau, dont la préfète Chantal Lamarche, à réclamer la destitution de l’ancien président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, en décembre dernier.

Le conseil des ministres a procédé au congédiement de M. Hébert en février. L’intérim à la direction du CISSSO est assuré par Josée Filion, qui avait été nommée présidente-directrice générale adjointe de l’organisation en décembre.