Pendant que des médecins administrent certains traitements ou procèdent à certains tests, ils ne peuvent s'occuper de patients qui auraient besoin d'être vus rapidement.

Trêve entre le CISSSO et ses infirmières

Trois séances de conciliation auront été nécessaires pour que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) et le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais conviennent d'une entente pour résoudre des différends à la suite de sit-in des infirmières aux hôpitaux de Gatineau et de Hull au printemps.
Les infirmières avaient refusé d'exercer leurs fonctions habituelles pour dénoncer le défaut de l'employeur de palier aux manques de ressources dans différents départements, a expliqué une décision du Tribunal administratif du travail publiée jeudi dernier. 
Le CISSSO a demandé le 24 avril dernier l'intervention du Tribunal administratif du travail après que des infirmières eurent refusé d'exercer leurs fonctions habituelles en début de quart de travail jusqu'à 8 h 30. Ces moyens de pression ont pris la forme d'occupation des lieux à cinq reprises entre le 17 mars et le 17 avril.
Le 5 mai, le Syndicat a répliqué au CISSSO en transmettant au Tribunal une requête affirmant que les réorganisations effectuées par l'employeur dans la gestion des remplacements ont provoqué un ralentissement des activités.
L'accord conclu entre les deux parties prévoit notamment que le syndicat n'encourage pas ses membres à organiser des sit-in. Le CISSSO et le Syndicat ont aussi convenu de continuer les rencontres amorcées en mars concernant la question des heures supplémentaires et le service de remplacement, le recrutement, le suivi sur l'affichage et le rehaussement des postes. 
Les parties doivent présenter un rapport d'étape de leurs démarches au Tribunal d'ici le 31 octobre.