Transplant Québec rappelle qu’à peine 1,4 % des personnes qui décèdent à l’hôpital sont susceptibles de devenir des donneurs d’organes, soit un maximum de 450 personnes annuellement si toutes les conditions sont réunies à chaque fois.

Trente transplantations d’organes en Outaouais en 2018

Transplant Québec rapporte mercredi que l’an dernier, 497 personnes ont bénéficié d’une transplantation d’organe au Québec grâce à la générosité de 164 donneurs décédés et de 46 donneurs vivants.

En 2017, 564 personnes avaient profité d’une transplantation.

En Outaouais, 30 transplantations ont été réalisées en 2018, soit six de moins que l’année précédente, dont 17 transplantations de reins, neuf de poumons, deux de foies, une transplantation de coeur et une d’îlots du pancréas.

De plus, 23 résidents de la région sont encore sur la liste d’attente pour une transplantation. Plus de 65 % d’entre eux sont en attente d’un nouveau rein. Au 31 décembre dernier, 805 personnes étaient inscrites sur la liste d’attente unique gérée par Transplant Québec, 19 de plus que l’année précédente.

Depuis 2011, le nombre des personnes en attente a diminué de près de 40 %, étant passé de 1264 à 786 en 2017. Le bilan montre notamment une augmentation significative de 14 % en un an du nombre de références par les centres hospitaliers.

Le président du conseil d’administration de Transplant Québec, Jean Gravel, observe que le bilan 2018 témoigne d’un niveau important d’activités en don d’organes au Québec et d’efforts pour réaliser le don d’organes.

« Notre travail s’intensifie pour amener encore plus les familles à soutenir la réalisation du don d’organes au moment de la perte d’un être cher. »

Transplant Québec rappelle qu’à peine 1,4 % des personnes qui décèdent à l’hôpital sont susceptibles de devenir des donneurs d’organes, soit un maximum de 450 personnes annuellement si toutes les conditions sont réunies à chaque fois.

Par le don d’organes, une personne peut sauver jusqu’à huit vies et redonner la santé à 20 autres personnes par le don de tissus.

Transplant Québec rappelle que l’inscription dans un des registres constitue la meilleure manière de confirmer son consentement.