Gille Delaunais, de l’APTS Outaouais, Josée McMillan, présidente à la CSN, et Lyne Plante, du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais FIQ.

Syndicats du CISSSO: des «correctifs majeurs» réclamés

Les trois syndicats du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) font front commun pour réclamer une rencontre avec l’accompagnateur nommé par Québec pour dresser le portrait des problèmes du réseau et exiger des «correctifs majeurs».

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) ont déposé, jeudi soir au conseil d’administration du CISSSO, une pétition de près de 3000 travailleurs pour revendiquer des «correctifs majeurs», dans le but d’offrir aux citoyens «des services de proximité et de qualité auxquels ils ont droit». Une copie de cette pétition signée par environ le tiers des syndiqués du CISSSO en une semaine sera aussi acheminée au mandataire spécial nommé par Québec, Sylvain Gagnon.

Les syndicats se demandent également pourquoi M. Gagnon «n’a pas eu la sagesse de tenir une rencontre» avec leurs représentants. Ils ont donc demandé, lors du conseil d’administration, d’obtenir rapidement une rencontre avec cet accompagnateur.

Les syndicats n’avaient jusqu’à présent effectué aucune démarche pour rencontrer le mandataire spécial, puisqu’ils étaient convaincus qu’ils seraient invités à le faire. Le temps presse à leurs yeux, car M. Gagnon doit remettre son rapport à la ministre de la Santé, Danielle McCann, au plus tard le 31 janvier, soit la semaine prochaine.

«Il avait été dit que Sylvain Gagnon, l’accompagnateur, rencontrerait tous les partenaires, et depuis plusieurs années, le CISSSO dit que les syndicats sont des partenaires, donc pour nous, ça allait de soi qu’on aurait une rencontre», a souligné en point de presse la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO-FIQ), Lyne Plante.

Alors que les élus de la Municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau ont publiquement réclamé la destitution du PDG du CISSSO, Jean Hébert, les représentants syndicaux se disent prêts à laisser la chance au coureur, pourvu qu’un «changement de mentalité» soit implanté. «On est des humaines qui travaillent avec des humains, a mentionné la présidente régionale de l’APTS, Gille Delaunais. Avoir un langage de rentabilité et d’efficacité, ce n’est pas nécessairement ce qui est le plus approprié dans notre réseau.»

De son côté, M. Hébert a souligné que des démarches sont déjà en cours pour répondre à l’«enjeu de proximité et de présence dans les territoires», entre autres par le biais de cadres assignés à chaque secteur rural.

Afin d’améliorer les conditions de travail de leurs membres, les syndicats réclament que le recrutement et la rétention de personnel soient au cœur des priorités de la direction du CISSSO afin de soulager les effectifs réduits qui «tiennent le réseau à bout de bras», a insisté la présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais (STTSSO-CSN), Josée McMillan.