Le nombreux acteurs ont participé au lancement officiel des travaux d’érection de la Maison des Collines jeudi. Avec l’ouverture de ce bâtiment, le nombre de lits de soins palliatifs dans l’Outaouais passera à 35.

Soins palliatifs: la Maison des Collines en construction

Après neuf ans de démarches et bien des soupers spaghetti pour amasser les fonds nécessaires à l’ouverture d’un centre de soins palliatifs, la Maison des Collines est maintenant en construction et devrait accueillir ses premiers patients en fin de vie au début 2019.

Bien que déjà entamés, les travaux d’érection de la Maison des Collines ont été officiellement lancés, jeudi, par de nombreux acteurs impliqués dans la réalisation de ce projet qui mijote depuis 2009. Le bâtiment à l’architecture sereine, qui sera construit derrière l’Hôpital Mémorial de Wakefield, comptera six chambres pour des patients dont l’espérance de vie ne dépasse pas les trois mois.

Il est prévu que les travaux seront terminés en décembre prochain, de sorte que le Dr David Gold, président du conseil d’administration de l’organisme à but non lucratif qu’est la Maison des Collines, prévoit une ouverture en janvier ou en février 2019.

Soupers spaghetti, tournois de golf et autres activités ont été organisés ces dernières années pour amasser les fonds de 2,3 millions $ servant à la construction et à l’achat de l’équipement.

Le terrain a été cédé en emphytéose pour 25 ans, gratuitement, par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais. La députée de Gatineau et ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a annoncé jeudi que le ministère de la Santé accordera un financement récurrent de 75 000 $ par lit, pour un total de 450 000 $ par année. Selon le Dr Gold, la contribution de la communauté pour assurer le bon déroulement des activités devra s’élever à environ 300 000 $ par année.

Tous les intervenants ayant pris la parole jeudi n’ont eu que de bons mots pour tous ceux qui se sont impliqués de près ou de loin dans la préparation du projet, qu’il s’agisse d’élus, des médecins, de gens d’affaires ou de citoyens bénévoles.

Une maquette de la Maison des Collines

Stéphanie Vallée, qui tirera un trait sur sa carrière en politique provinciale au cours des prochains mois, n’a d’ailleurs pas pu retenir ses larmes à la fin de son allocution. « Ça a été un privilège de travailler avec vous au cours des neuf dernières années », a-t-elle mentionné avec émotion.

L’ouverture de la Maison des Collines portera à 35 le nombre de lits de soins palliatifs dans l’Outaouais. Le Dr Gold a souligné que le nouveau centre viendra répondre à « un besoin criant », en donnant l’exemple de la Maison Mathieu-Froment-Savoie, qui doit refuser plus de la moitié des demandes qui lui sont présentées. Il affirme aussi que l’ajout de lits de soins palliatifs permettra de réduire le nombre de consultations médicales d’urgence des gens en fin de vie.

La proximité sera aussi un atout pour les résidents du territoire des Collines, a-t-il ajouté, car ils n’auront plus à trop s’éloigner de leurs proches pour vivre leurs derniers moments.

La proximité avec l’Hôpital Mémorial de Wakefield peut pour sa part représenter un avantage, mais le Dr Gold note qu’il peut aussi s’agir d’« une arme à double tranchant ». 

« Il faut être très, très conscient des avantages, effectivement, pour des traitements ou pour les investigations ponctuelles, s’il y a lieu, des résidents de la Maison des Collines, a-t-il mentionné. En même temps, on a insisté beaucoup sur l’environnement accueillant et chaleureux. On est une entité à part, donc il va falloir qu’on garde cet esprit-là. [...Il faudra s’assurer que la proximité [avec l’hôpital] ne change pas notre mission. »