Keith Egli, président du Conseil de santé d’Ottawa

Santé publique à Ottawa: «plus de gens... et beaucoup moins d’argent»

Santé publique Ottawa (SPO) pourrait être fusionné à une nouvelle organisation qui couvrirait une grande partie de l’est de l’Ontario. Une situation qui aurait des répercussions non négligeables sur les citoyens estime le président du Conseil de santé d’Ottawa, Keith Egli.

La nouvelle entité régionale inclurait toutes les municipalités entre Kingston et la frontière québécoise dans l’Est ontarien. Elle comprendrait SPO, le Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Bureau de santé du district de Leeds, Grenville et Lanark ; le Bureau de santé de Kingston, Frontenac, Lennox et Addington et la partie sud du Bureau de santé du comté et du district de Renfrew.

Cette nouvelle structure ferait passer à 1,7 million de résidents la population desservie sur un territoire de plus de 28 500 km2. À titre de comparaison, SPO dessert à l’heure actuelle environ 1 million d’habitants sur une superficie de 2 709 km2.

« Ce qui me préoccupe le plus dans cette nouvelle structure, c’est qu’il sera très difficile d’offrir la même qualité de service aux résidents d’Ottawa, compte tenu des préoccupations et des problèmes locaux. À l’heure actuelle, nous en savons peu sur la structure de gouvernance du modèle proposé, mais j’espère que ce nouveau bureau régional de santé continuera de répondre aux besoins locaux », confie le conseiller Egli.

Ce dernier ajoute que cette structure comprendrait « plus de gens, un plus grand terrain et beaucoup moins d’argent ».

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario soutient que les limites ne sont pas confirmées et que la décision finale sera prise après des consultations qui auront lieu au cours de l’été.

« Nous veillerons à ce que les investissements en santé publique répondent mieux aux besoins des communautés locales », précise Hayley Chazan, porte-parole de la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Mme Chazan ajoute que cette modernisation favorisera un meilleur alignement du système de soins de santé ainsi qu’un recrutement et une rétention plus efficace du personnel.

Dans son plus récent budget, le gouvernement Ford annonçait un plan visant à fusionner les bureaux locaux de santé publique, les faisant passer de 35 à 10 en plus de réduire leur financement de 200 millions de dollars.