Contenu commandité
Santé en Outaouais: «Ça n'a pas de bon sens»
François Legault et Mathieu Lacombe

François Legault sur...

...sa promesse d’un nouvel hôpital

En prenant la parole devant la presse régionale, le premier ministre a rappelé que son parti avait «pris un engagement d’ajouter 170 lits» dans la région, sans évoquer expressément la construction d’un nouvel hôpital comme il l’avait fait en campagne électorale. Interrogé à savoir si cela sous-entend que le gouvernement risque d’opter pour l’agrandissement d’un hôpital existant plutôt que pour une nouvelle construction, M. Legault a indiqué que «tout est sur la table». «Effectivement, durant la compagne, on a dit ‘on va ajouter un hôpital de 170 lits’. Là, il y a des gens qui disent [que] ce serait peut-être mieux d’ajouter 170 lits à un établissement existant. Moi, je veux regarder ce qui est le mieux pour la population. [...] Je ne veux pas être fermé à ce que ce soit un agrandissement, mais l’engagement demeure qu’on va ajouter 170 lits en Outaouais.» Que l’option choisie soit un nouvel hôpital ou un agrandissement, M. Legault juge toujours possible de «voir les murs monter d’ici quatre ans», le tout dans le but que la construction soit terminée «avant l’automne 2023».

...l’accompagnateur du CISSSO

Bien que son parti ait des engagements régionaux dans différents domaines, le premier ministre ne cache pas que ce dont il entend le plus parler en Outaouais, «c’est la santé». Il a indiqué avoir lui-même demandé à la ministre de la Santé, Danielle McCann, «qu’elle envoie un émissaire auprès de la direction du CISSS [de l’Outaouais]». «Rien n’est exclu à ce moment-ci, a précisé M. Legault. Donc on veut, si c’est nécessaire, faire des modifications à la direction du CISSS pour rétablir un lien de confiance avec les différents établissements, les différents travailleurs et les patients aussi de la région.» Nommé à la mi-décembre, l’accompagnateur Sylvain Gagnon doit remettre son rapport à la ministre McCann ce jeudi.

...l’anglais pour l’année préparatoire en médecine

Le premier ministre du Québec n’hésite pas à dire qu’il n’est «pas d’accord» à ce que les cégépiens souhaitant étudier à la future faculté satellite de médecine  l’Outaouais soient contraints d’aller au préalable suivre une année préparatoire en anglais sur le campus de l’Université McGill, à Montréal. «Ça, c’est une patente libérale, a lancé M. Legault. [...]  Moi, je ne suis pas d’accord avec ça. Les cours devraient être donnés en français. Si ce n’est pas possible de le faire avec McGill, faisons-le avec une autre université, mais ces cours doivent être donnés en français, donc on va y travailler avec le ministre de l’Éducation pour que ce soit fait le plus rapidement possible.» Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, avait indiqué plus tôt en janvier que le dossier n’est pas facile à régler, mais que le gouvernement souhaitait y arriver parce que «le principe est important». La faculté satellite doit accueillir sa première cohorte en 2020.