Malgré une augmentation des heures d’ouverture, on est encore loin d’un service complet à l’urgence du CLSC Petite-Nation.

Saint-André-Avellin: une journée de plus, mais pas encore du «12 heures»

L’urgence du CLSC Petite-Nation, à Saint-André-Avellin, sera maintenant ouverte le vendredi, de 8 h à 16 h, à compter du 19 janvier. Toutefois, ceux qui espéraient voir dès le début 2018 l’établissement offrir un service 12 heures par jour, sept jours par semaine, devront encore prendre leur mal en patience.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé en septembre dernier l’octroi d’une enveloppe annuelle récurrente de 940 000 $ au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) afin de permettre à la salle d’urgence de Saint-André-Avellin de voir ses heures d’opération passer de 40 à 84 par semaine. Or, il manque toujours en date d’aujourd’hui deux médecins afin d’en arriver à l’horaire souhaité, a appris Le Droit

En ce moment, les patients peuvent se rendre sur les lieux de 8 h à 16 h, du lundi au jeudi, ainsi que le samedi, de 9 h à 16 h. 

La porte-parole du CISSO, Geneviève Côté, confirme qu’une sixième journée d’ouverture s’ajoutera à l’horaire régulier dès vendredi prochain. Les portes de l’urgence du CLSC Petite-Nation devraient ouvrir également le dimanche, toujours de 8 h à 16 h, à partir du mois de mars.

« À l’heure actuelle, en raison des deux médecins supplémentaires que nous n’avons pas encore accueillis, on ne peut pas faire du 8 h à 20 h. On peut ajouter la sixième journée (le vendredi) la semaine prochaine et on devrait ouvrir sept jours par semaine en mars, mais au niveau de la couverture médicale complète de l’urgence, on a vraiment besoin de ces médecins. On espère que ce sera le plus tôt possible », a indiqué Mme Côté.

Au moment de l’annonce du ministre Barrette l’automne dernier, le président et directeur général du CISSSO, Jean Hébert, avait laissé entendre que janvier 2018 était l’échéancier souhaité pour ouvrir l’urgence du CLSC Petite-Nation de 8 h à 20 h tous les jours. 

Le seul obstacle qui pouvait retarder l’entrée en vigueur des nouvelles plages horaires, c’est l’embauche des professionnels de la santé requis, avait affirmé M. Hébert. 

L’un des deux médecins à recruter devait entrer en fonction ce mois-ci, mais n’a pas terminé son stage dans les temps, ce qui explique en partie le délai du projet, a mentionné jeudi Mme Côté.

En attendant, « le CISSSO explore d’autres moyens pour offrir l’accès à un suivi médical en soirée sur le territoire », nous a-t-on dit hier, sans vouloir donner davantage de précisions.

Les trois nouveaux postes d’infirmières nécessaires pour garantir le service de même que les heures pour les technologues en laboratoire et en imagerie médicale ont pour leur part tous été pourvus. 

Réclamée depuis des années dans la Petite-Nation, la prolongation des heures d’ouverture de l’urgence de Saint-André-Avellin était une promesse électorale du député de Papineau, Alexandre Iracà, lors de la campagne de 2014.