La hausse du nombre de recommandations démontre, selon le CISSSO, « que la collaboration entre les différentes instances fonctionne de mieux en mieux, ce qui amène le bureau à faire des recommandations plus précises ».

Recommandations en hausse au CISSSO

Le nombre de recommandations formulées à la suite de plaintes augmente d’année en année au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). Au cours du dernier exercice, l’établissement s’est notamment fait rappeler que « les normes de base en matière de soins infirmiers » doivent être respectées.

Au cours de la première année d’existence du CISSSO, en 2015-2016, le bureau du commissaire aux plaintes et à la qualité des services a présenté 46 recommandations. Ce nombre est passé à 68 l’année suivante, puis à 76 pour 2017-2018.

Le plus récent rapport du commissaire aux plaintes du CISSSO, portant sur l’année 2017-2018, ne sera rendu public qu’au moment de son dépôt à l’Assemblée nationale. Ce document permettra notamment de connaître le nombre total de plaintes reçues et la quantité de demandes d’assistance présentées au bureau du commissaire aux plaintes.

Le Droit a toutefois pu obtenir, grâce à une demande d’accès à l’information, la liste des recommandations formulées au cours du dernier exercice. Sur le total de 76 recommandations, près de la moitié (34) concernent les soins et services. Vingt recommandations visent l’« organisation du milieu », tandis que les autres touchent les relations interpersonnelles, les droits ou encore l’accessibilité.

Parmi les recommandations formulées l’an dernier, plusieurs concernent les soins infirmiers. Il a entre autres été recommandé que l’établissement produise « un plan d’action pour mettre en place les mesures nécessaires pour que les normes de base en matière de soins infirmiers soient respectées ».

Il a aussi été suggéré au CISSSO d’« évaluer l’encadrement clinique sur les unités de soins afin d’assurer et de maintenir la qualité de l’acte infirmier aux normes minimales attendues ».

Le CISSSO s’est également fait rappeler à l’ordre pour qu’il s’assure de faire les déclarations obligatoires « d’événements indésirables ».

Du côté des salles d’urgence, il a été recommandé de mettre en place des mesures pour s’assurer qu’une évaluation quantitative de la douleur sur une échelle de 0 à 10 soit effectuée auprès de tous les patients. Une autre recommandation visait l’instauration de « nouveaux moyens afin que soient respectés les délais de réévaluation exigés » par l’échelle de triage et de gravité.

Pour toutes ces recommandations, le CISSSO a agi en mettant en place différentes mesures pour répondre aux problèmes soulevés.

« Le travail du bureau du commissaire aux plaintes est essentiel pour une organisation comme la nôtre, note la porte-parole du CISSSO, Geneviève Côté. Il en va de la qualité de nos soins et de nos services. Nous n’hésitons donc pas à faire appel à la commissaire lorsque des situations qui nous préoccupent sont soulevées, et ce, même si des plaintes formelles ne sont pas déposées. Les recommandations du bureau du commissaire aux plaintes sont appliquées de façon rigoureuse. »

La hausse du nombre de recommandations démontre, selon le CISSSO, « que la collaboration entre les différentes instances fonctionne de mieux en mieux, ce qui amène le bureau à faire des recommandations plus précises ».

Neuf recommandations concernent par ailleurs les services offerts aux communautés autochtones. Il est notamment suggéré au CISSSO d’évaluer « la possibilité d’adapter les plans d’intervention aux spécificités culturelles des Premières Nations » et de mettre en place des mesures pour que les enfants placés en famille d’accueil puissent « développer et sauvegarder leur culture autochtone ».

L’organisation a aussi été visée par six recommandations visant l’amélioration des relations avec les communautés de Kitigan Zibi et de Lac-Rapide et la mise en place d’un plan d’action pour accroître l’accès aux services en anglais. Ces recommandations ont toutes été adoptées par le conseil d’administration du CISSSO, de sorte que leur mise en place est déjà bien entamée.