Le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, a été démis de ses fonctions par le gouvernement Legault.

Québec montre la porte au grand patron du CISSSO

La ministre de la Santé, Danielle McCann, vient de montrer la porte au grand patron du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Jean Hébert.

Après avoir pris connaissance du rapport de l’accompagnateur nommé en décembre dernier pour dresser le portrait des problèmes qui sévissent au CISSSO, Mme McCann a choisi de démettre M. Hébert de ses fonctions à la tête de l’organisation.

Il occupait ce poste depuis la création de l’organisation au printemps 2015 et avait auparavant dirigé l’ancienne Agence de la santé de l’Outaouais, tout en assumant la tutelle de l’ancien Centre de santé et de services sociaux de Gatineau.

« À la lumière du rapport qui a été déposé, on a considéré que c’était important qu’il y ait un nouveau départ au niveau de la région de l’Outaouais », a mentionné Mme McCann en entrevue avec Le Droit.

Interrogée à savoir si M. Hébert écope pour les décisions prises par l’ancien ministre Gaétan Barrette, Mme McCann a souligné que « la communication avec les acteurs du milieu était très problématique » au CISSSO. « Il y avait d’autres éléments qui nous préoccupaient beaucoup, a-t-elle ajouté. On pense que dans les circonstances, c’est vraiment mieux de renouveler la direction du CISSSO pour que les ponts soient vraiment rétablis avec les acteurs du milieu et les partenaires. […] On pense que c’est la meilleure décision dans le contexte actuellement. »

Josée Filion, qui occupait depuis décembre le poste de présidente-directrice générale adjointe du CISSSO, prendra la tête de l’organisation par intérim. À partir de 2013 jusqu’à son arrivée en Outaouais, Mme Filion a été cadre supérieure dans le réseau de la santé dans Lanaudière. 

La ministre a toutefois voulu qu’elle soit épaulée en nommant une accompagnatrice, Martine Couture, dont le mandat s’étirera jusqu’au 28 juin prochain.

Un départ réclamé

La préfète de la Municipalité régionale de comté de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, avait réclamé la destitution de M. Hébert juste avant que la ministre annonce la nomination de l’accompagnateur Sylvain Gagnon.

La ministre McCann avait alors souligné que « plusieurs partenaires » avaient signalé des « enjeux en lien avec l’organisation des services, la disponibilité des ressources, la réponse aux besoins de la population et la gouvernance » du CISSSO. « Des inquiétudes » avaient aussi été rapportées au sujet du déficit anticipé de 12,7 millions $ pour l’année en cours.

Dans son rapport rendu public mercredi, M. Gagnon soulève diverses problématiques et formule six recommandations, des « propositions structurantes qui devront être mises en œuvre au plus tard le 30 avril prochain ».

L’accompagnateur s’est penché sur les enjeux d’accès et d’organisation des services, sur les communications et sur la gouvernance du réseau.

« Les entrevues réalisées dans le cadre de la démarche ont clairement fait ressortir des difficultés d’accès aux services pour les populations vivant en milieu rural, qu’il s’agisse de l’accès aux services de proximité, aux services spécialisés ou encore aux modalités mises en place pour ces accès », écrit-il notamment dans son rapport de 23 pages.

« Roulement de personnel » dans les centres d’hébergement, « bureaucratisation », « lourdeur d’accès », « manque d’écoute » et « climat de morosité […] au sein de certaines équipes » font partie des éléments dénoncés par différents intervenants auprès de l’accompagnateur.

En plus de recommander de meilleurs liens de communications, M. Gagnon suggère que des cadres aient « leur port d’attache dans les territoires » ruraux.

« On veut aussi qu’il y ait des services de proximité qui soient redéployés », a souligné Mme McCann en entrevue.

« Bien que la question du projet de développement d’un nouveau centre hospitalier en Outaouais ne fasse pas partie du présent mandat, il m’apparaît indiqué de suggérer aux plus hautes autorités ministérielles la nomination d’un conseiller-expert pour soutenir la direction du CISSSO dans la réalisation de cet exercice », écrit aussi M. Gagnon.

L’accompagnateur prône par ailleurs la mise en place d’un comité consultatif de sept membres, tel que cela est prévu dans la loi. Ce comité doit « faire des recommandations sur les moyens à mettre en place pour préserver le caractère culturel, historique, linguistique ou local » des établissements faisant partie du CISSSO.

La ministre croit qu’il est possible ces changements « très importants » pourront se réaliser « dans les prochains mois ». Entre-temps, un processus pour remplacer Jean Hébert s’entamera « à court terme », a-t-elle indiqué.