Présence confirmée du virus du Nil occidental à Ottawa

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La présence du virus du Nil occidental à Ottawa a été confirmée par Santé publique Ottawa (SPO) au cours des derniers jours.

Des tests effectués par des moustiques attrapés par SPO ont confirmé la présence du virus dans la capitale fédérale.

«La plupart des personnes ne présenteront pas de symptômes lorsqu’infectées par le virus du Nil occidental, mais environ 20% des gens peuvent manifester des symptômes semblables à ceux de la grippe, notamment de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et possiblement des démangeaisons», indique SPO dans un communiqué.

«Le risque de maladie plus grave, ce qui survient dans moins de 1% des cas d’infection […], augmente avec l’âge, les personnes âgées ainsi que les personnes dont le système immunitaire est affaibli étant à risque plus élevé», ajoute SPO.

La médecin-chef de Santé publique Ottawa, Vera Etches

Diminuer les risques

Les résidents d’Ottawa sont invités à contribuer aux efforts pour diminuer les risques qu’une personne vulnérable soit infectée par le virus du Nil occidental en se protégeant des moustiques et en limitant leur reproduction.

«Les résidents d’Ottawa doivent contribuer à réduire les populations de moustiques autour de leur demeure en se débarrassant de tous les objets extérieurs pouvant contenir de l’eau et dans lesquels les moustiques peuvent pondre leurs œufs», explique SPO.

«Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, beaucoup de gens sortent prendre de l’air, soit sur leur balcon, dans leur jardin ou dans les parcs de leur quartier. Ce sont toutefois des endroits de choix pour les moustiques porteurs du virus du Nil occidental. Protégez-vous contre les piqûres de moustiques quand vous sortez de la maison», souligne de son côté la médecin-chef de SPO, Vera Etches.

SPO recommande le port de vêtements amples tissés serrés (pantalons longs et chandails à manches longues) et recouvrir la peau exposée et les vêtements d’un insectifuge approuvé par Santé Canada à base de DEET ou d’Icaridine, particulièrement au crépuscule et à l’aube, moments de la journée où les moustiques sont particulièrement actifs.

En date du 5 août, aucun cas d’infection au virus du Nil occidental n’a été signalé en Ontario. L’an dernier, il y a eu un seul cas confirmé à Ottawa et 24 confirmés ou probables à travers la province.