Pénurie de personnel: le CISSSO offre une rémunération à 200% pour les heures supplémentaires

Confronté à de nombreux trous dans les horaires pour la longue fin de semaine de la fête du Travail, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) offre le double du taux horaire régulier à ses infirmières et à ses préposés aux bénéficiaires qui accepteront de faire des heures supplémentaires d’ici mardi matin.

La sortie du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), qui a suggéré jeudi à la population de se tourner vers l’Ontario plutôt que vers les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau, n’est pas passée inaperçue au cabinet du ministre de la Santé, Danielle McCann.

À LIRE AUSSI : Pénurie d'infirmières: Fortin réclame une «réelle stratégie»

Cette dernière a tenu à « rassurer » la population et le personnel. « Des mesures exceptionnelles sont actuellement mises en place afin d’assurer des services de qualité aux patients et une stabilité dans les équipes de soins » pendant la longue fin de semaine, a indiqué le cabinet de Mme McCann dans une déclaration écrite.

Cette déclaration évoque un « appel à la mobilisation des infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires ».

Le président par intérim du SPSO, Patrick Guay, a indiqué au Droit que la proposition consiste en une offre de rémunération à 200 % du taux habituel pour toutes les heures supplémentaires travaillées entre jeudi à 16 h et mardi matin à 8 h dans tous les hôpitaux et centres d’hébergement et de soins de longue durée du CISSSO. La mesure concerne aussi les employés qui avaient déjà accepté de travailler des heures supplémentaires pendant la période visée. En temps normal, les heures supplémentaires sont rémunérées à 150 % du taux habituel.

« C’est une patch pour essayer de passer la fin de semaine », a réagi M. Guay, qui ignorait jeudi si la mesure était suffisante pour donner les résultats espérés par le CISSSO. 

« Les salariées le savent depuis environ 14 h 30 et ça n’a toujours pas fonctionné, a-t-il indiqué jeudi en fin d’après-midi. Les filles de l’urgence refusent. » En début de soirée, les résultats étaient plus positifs sur certaines unités de soins.

La situation était d’ailleurs problématique jeudi après-midi à l’urgence de l’Hôpital de Gatineau, où un sit-in a eu lieu en raison de l’absence de quatre infirmières pour le quart de travail de 16 h, a fait savoir M. Guay.

Dans le message publié jeudi matin sur sa page Facebook, le SPSO demandait aux personnes songeant à se présenter dans les urgences de Hull ou de Gatineau « de privilégier toutes les autres options possibles, notamment l’utilisation du réseau de la santé de l’Ontario », en raison de l’épuisement chez ses membres.

Le syndicat qui représente les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes du CISSSO avait dénoncé, la veille, le recours grandissant aux heures supplémentaires, qu’elles soient obligatoires ou non.