La stratégie fédérale dévoilée jeudi vise à faire passer le taux de fumeurs au Canada de 15 % à moins de 5 % d’ici 2035.

Ottawa ouvert à des mises en garde sanitaires directement sur les cigarettes

MONTRÉAL — La ministre fédérale de la Santé se dit favorable à l’idée « audacieuse » d’inscrire des mises en garde sanitaires directement sur les cigarettes.

Cette idée « mijote » actuellement au ministère de la Santé, a indiqué Ginette Petitpas Taylor en dévoilant la nouvelle stratégie fédérale de lutte au tabagisme, jeudi, Journée mondiale sans tabac.

Mme Petitpas Taylor a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’emballage des paquets de cigarettes devienne complètement neutre d’ici la fin de l’année, après la sanction royale donnée au projet de loi S-5 la semaine dernière. Les nouvelles règles d’emballage pour les produits du tabac interdisent toute information promotionnelle, mais aussi l’image de la marque et les logos sur les paquets.

Rob Cunningham, de la Société canadienne du cancer, a accueilli favorablement les commentaires de la ministre sur les mises en garde sanitaires imprimées directement sur les cigarettes. « Les compagnies de tabac placent elles-mêmes la marque et les logos sur la cigarette, c’est un très bon moyen de communiquer avec les consommateurs », a-t-il soumis.

« Or, avec l’emballage neutre, les compagnies ne pourront plus s’annoncer, alors c’est une bonne idée d’avoir un avertissement de santé » sur les cigarettes elles-mêmes, a expliqué M. Cunningham. On pourrait par exemple inscrire « cancer » ou « emphysème » sur les « 27 milliards de cigarettes vendues chaque année au Canada », croit-il.

La stratégie fédérale dévoilée jeudi vise par ailleurs à faire passer le taux de fumeurs au Canada de 15 % à moins de 5 % d’ici 2035. Environ 4 millions de Canadiens fument encore aujourd’hui — et 45 000 en meurent chaque année. « Quand je regarde les taux de consommation de tabac, nous avons certainement parcouru un long chemin, mais je crois personnellement que beaucoup de travail doit être fait encore dans ce domaine », a déclaré Mme Petitpas Taylor.

La ministre précise que l’enveloppe de 80,5 millions $ prévue dans le plus récent budget fédéral s’ajoutera à l’investissement existant, portant le total à environ 330 millions $ sur cinq ans. Elle a précisé que des investissements seront réalisés pour protéger les jeunes, pour financer la recherche scientifique et les organisations non gouvernementales, et pour réduire le tabagisme dans les communautés autochtones où les taux sont beaucoup plus élevés.

« Nous voulons nous assurer que les communautés autochtones développent elles-mêmes des programmes pour elles », a-t-elle déclaré.

Michael Perley, directeur de la Campagne de lutte contre le tabagisme en Ontario, a estimé jeudi que la stratégie annoncée participe certes à un effort global, mais il déplore l’absence de mesures sévères face à l’industrie. M. Perley a déclaré que les compagnies de tabac ont augmenté leurs résultats nets en augmentant les prix de gros à l’extérieur du Canada. « Le gouvernement fédéral devrait tenter de récupérer une partie de cette somme pour financer sa stratégie, ce qui est parfaitement raisonnable », a-t-il soutenu.

« Le principe du pollueur-payeur existe dans la législation environnementale : nous devrions faire la même chose dans la lutte contre le tabagisme. »