Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La gestion de la pandémie n’a pas écarté le dossier du nouvel hôpital des plans du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), qui devrait annoncer sous peu une nomination à la direction du bureau de projet.
La gestion de la pandémie n’a pas écarté le dossier du nouvel hôpital des plans du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), qui devrait annoncer sous peu une nomination à la direction du bureau de projet.

Nouvel hôpital: une nomination imminente pour la direction du projet

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La gestion de la pandémie n’a pas écarté le dossier du nouvel hôpital des plans du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), qui devrait annoncer sous peu une nomination à la direction du bureau de projet.

En parallèle avec tout ce qu’elle doit gérer pour assurer la gestion de crise imposée par la COVID-19, la présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, multiplie les rencontres (virtuelles) pour le projet de construction d’un hôpital de 600 lits.

La rapport d’activités de Mme Filion déposé jeudi soir lors de la réunion du conseil d’administration du CISSSO fait état de six rencontres pour le nouvel hôpital pour la période allant du 11 décembre au 26 janvier. Il y a entre autres eu des discussions à ce sujet avec le ministère de la Santé et avec la Société québécoise des infrastructures. Une des rencontres portait sur le projet de nouvel hôpital à Vaudreuil-Soulanges, dont les premières maquettes ont été dévoilées la semaine dernière par le gouvernement.

Le nouvel hôpital à Vaudreuil-Soulanges, dont les premières maquettes ont été dévoilées la semaine dernière par le gouvernement.

«Mon souhait, c’était surtout d’entendre les leçons apprises, les bons coups et tout ça pour s’inspirer de ça», a fait savoir Mme Filion.

C’est en octobre dernier que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé qu’un mégahôpital de 600 lits sera construit en Outaouais. Ce projet nécessitera une réorganisation des soins dans la région, puisque le gouvernement prévoit un gain net de 240 lits de courte durée.

Josée Filion, présidente-directrice générale du CISSSO

Bureau de projet

Josée Filion a indiqué au Droit, jeudi soir, qu’une nomination est imminente à la direction du bureau de projet. «C’est une direction en soit, a-t-elle souligné. C’est un projet d’envergure, on ne peut pas faire ça à travers tout le reste. […] Il faut vraiment un directeur de projet qui va piloter le dossier. […] D’ici deux semaines, on devrait être en mesure d’annoncer une nomination, donc ce sera un grand pas.»

Le nouvel hôpital est «un projet qui va se calculer en milliards», a rappelé Mme Filion. «On n’a pas encore le chiffre exact, parce que le modèle n’est pas encore tout défini», a-t-elle précisé.

Un terrain d’ici la fin de l’année?

Les travaux actuels visent entre autres à préparer un «appel d’offres pour le plan fonctionnel» du projet, a fait savoir Josée Filion.

Il faudra déterminer quelle forme prendra l’hôpital. En hauteur ou pas? «En forme de peigne avec différentes ailes»? Rien n’est encore déterminé à cet égard, a fait savoir Mme Filion.

Ce qu’il faudra aussi trouver, c’est un terrain qui répondra aux besoins, en considérant notamment les accès routiers et la desserte de transport en commun. «Dans la prochaine année, je dirais fin d’année 2021, […] on risque d’être vraiment bien avancés dans la recherche de terrains, donc déjà, ça fait partie des discussions, a mentionné Mme Filion. […] Peut-être que le contrat ne sera pas signé pour l’achat et tout ça [à la fin 2021], mais il risque d’avoir des discussions qui vont être bien avancées.»

Échéancier

En octobre, le ministre Dubé avait affirmé penser que le nouvel hôpital pourrait être «construit bien avant 2030». Josée Filion est du même avis.

«Je dirais que de la façon dont on est partis, je suis confiante, très confiante, assure-t-elle. Malgré la COVID, on n’a pas dit ‘on met ça de côté’. Parce qu’honnêtement, ça aurait pu être très facile de dire ‘on s’occupera de demain plus tard, maintenant on s’occupe de la COVID’, mais je pense que c’est tellement un beau projet et il faut se propulser, il faut avoir une vision d’avenir, donc il faut travailler là-dessus.»