Les sourires étaient nombreux lors de la première pelletée de terre du Complexe santé 819, lundi. Sur la photo, on voit l'architecte Maxime-Karl Gilbert, le conseiller municipal, Daniel Champagne, le Dr Servantes Gaspard, le directeur du développement chez Huotco, Mathieu Huot, le député de Chapleau, Marc Carrière, ainsi que le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert.

Nouveau complexe santé près de l’Hôpital de Gatineau

Groupe de médecine familiale (GMF), clinique de fertilité, bloc opératoire ou encore imagerie par résonance magnétique (IRM) : un nouveau complexe voué à offrir des « services médicaux de pointe » doit ouvrir ses portes à deux pas de l’Hôpital de Gatineau en septembre prochain.

La première pelletée de terre du Complexe Santé 819 a au lieu lundi sur le terrain du 444, boulevard de l’Hôpital, là où se trouvait anciennement le bar La Grange. Le projet, développé par Huotco Immobilier, verra le jour dans un immeuble de 45 000 pieds carrés.

La « pierre angulaire » du complexe sera le GMF. Le Dr Servantes Gaspard, chirurgien-orthopédiste au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) et l’un des promoteurs du Complexe Santé 819, a fait savoir que le recrutement est en cours pour dénicher des médecins de famille, qu’ils soient déjà en pratique dans la région ou pas. L’équipe du Complexe Santé 819 espère aussi que le GMF pourra recruter suffisamment de médecins pour prendre le virage réseau et devenir une superclinique, avec des heures d’ouverture prolongées pour offrir des consultations sans rendez-vous à toute la population.

En plus de la médecine familiale, le complexe abritera divers services. Il y aura notamment une clinique réadaptation et physiothérapie multidisciplinaire (spécialisée dans les troubles musculo-squelettiques), un laboratoire d’orthèses et de prothèses orthopédiques, une clinique de radiologie dotée d’une résonance magnétique, une pharmacie, un centre de prélèvements et de soins du sommeil, une clinique de fertilité et de gynécologie ainsi qu’un bloc opératoire. « On tient à ce qu’il y ait une synergie médicale à même le complexe », a mentionné le directeur du développement chez Huotco, Mathieu Huot.

L’investissement de départ s’établit à 13 millions $, et pourrait grimper à 15 millions $ en cas d’agrandissement.

Voici à quoi ressemblera le nouveau complexe de soins de santé du boulevard de l'Hôpital, à Gatineau.

Certains services, comme l’IRM et la clinique de fertilité, seront offerts par le secteur privé. Les autres services comme la radiologie simple ou encore les chirurgies mineures qui pourront y être réalisées seront pour leur part couverts par le régime d’assurance maladie, a indiqué le Dr Gaspard.

Ce dernier précise que le bloc opératoire comprendra trois salles. Elles pourraient par exemple servir pour l’ophtalmologie ou encore l’endoscopie. Pour ce faire, la clinique devra préalablement obtenir une reconnaissance de la part du ministère de la Santé, et ensuite tenter de décrocher d’éventuels appels d’offres du réseau public.

Le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, a indiqué qu’une étude des « besoins actuels et futurs » est en cours de réalisation. « Dans l’éventualité où on aurait à faire des ententes à l’extérieur, c’est sûr qu’on procéderait par appels d’offres », a-t-il souligné.

Alors que l’appareil d’IRM du nouveau complexe sera celui d’une clinique privée actuellement située dans le secteur Hull, M. Hébert note que les démarches se poursuivent en parallèle pour que l’Outaouais obtienne un deuxième appareil public.

« L’objectif, c’est d’en avoir dans le public, reconnaît le député de Chapleau, Marc Carrière. [Pour] le privé, c’est d’être complémentaire avec ce qui est public. »

Tant M. Hébert que M. Carrière ont par ailleurs tenu à souligner que l’arrivée du GMF dans le complexe permettra d’accroître l’accès à un médecine de famille dans le secteur urbain, qui tire un peu de la patte à ce chapitre par rapport aux secteurs ruraux de la région.