Anne Bernier est responsable en Estrie de la promotion et de la distribution des nichons tricotés au Québec par Com’Femmes, un organisme pour femmes de Brossard.

Nichons tricotés: une douceur après la mastectomie

Près de 6000 femmes québécoises reçoivent chaque année un diagnostic de cancer du sein. Un certain nombre d’entre elles subiront une mastectomie, c’est-à-dire l’ablation d’un sein. Certaines femmes qui refusent d’avoir une reconstruction des seins, qui ne peuvent pas en avoir une ou encore en attente de pouvoir subir la chirurgie, peuvent maintenant avoir recours à des prothèses... en tricot.

Ces « nichons tricotés » sont plus doux, plus légers et plus agréables à porter que les prothèses en silicone. Ces prothèses sont lavables aussi. « En plus, elles peuvent être portées presque tout de suite après la chirurgie, directement sur le bandage. Et elles sont belles. Elles ont vraiment la forme d’un sein », dit Anne Bernier. Celle-ci est responsable en Estrie de la promotion et de la distribution des nichons tricotés au Québec par Com’Femmes, un organisme pour femmes de Brossard. C’est cet organisme qui, en 2016, a décidé d’importer le modèle américain au Québec afin d’en faire bénéficier les femmes d’ici.

Les prothèses sont fort appréciées. En un peu plus de deux ans, l’organisme a distribué environ 2400 bonnets.

À ce jour, il s’agit du seul organisme de la Belle province à créer, tricoter et distribuer ces prothèses qui font une grande différence dans la vie des femmes qui se relèvent d’une chirurgie importante et invasive.

Tricoteuses recherchées

Anne Bernier est touchée par la cause du cancer du sein. Sa mère en est décédée. Plusieurs femmes de sa famille possèdent le gène qui augmente leurs risques de développer un cancer du sein.

« Quand j’ai entendu parler des Nichons tricotés, j’ai voulu faire quelque chose pour aider l’organisme même si je ne tricote pas. Je suis donc devenue la responsable de la région de l’Estrie », explique la bénévole.

Les employés du département d’oncologie et de la clinique préparatoire à la chirurgie du CHUS ont accepté de parler des Nichons tricotés aux femmes qui recevront un diagnostic de cancer du sein. Toutefois, l’organisme — et ses prothèses gratuites — devrait quand même être mieux connu, estime Anne Bernier.

« Nous avons besoin de tricoteuses bénévoles. Il n’est pas nécessaire d’être une experte, juste avoir une base en tricot est suffisant. Nous suivons un patron précis. Le choix des laines acceptées est très strict. Ensuite, il y a des patrons selon la taille que l’on souhaite faire », explique Mme Bernier.

Des dons sont également les bienvenus. Car ces prothèses 100 % coton sont complètement gratuites pour les femmes qui en font la demande. « En comparaison, une prothèse en silicone coûte environ 500 $ », précise Anne Bernier.

Mais surtout, « je souhaite que les femmes qui ont subi ou qui subiront une mastectomie puissent avoir le choix de ces prothèses lorsqu’elles subissent une chirurgie », ajoute Mme Bernier.

Pour toute information, il est possible de joindre Anne Bernier au téléphone au 819 345-7780 ou à anne4bernier@hotmail.com.