Un parti d’opposition à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick propose que les exigences linguistiques pour l’embauche d’infirmières soient allégées dans certaines régions de la province.

Moins d’infirmières bilingues dans certaines régions du Nouveau-Brunswick, propose l’AGNB

FREDERICTON - Un parti d’opposition à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick propose que les exigences linguistiques pour l’embauche d’infirmières soient allégées dans certaines régions de la province.

Le chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick (AGNB), Kris Austin, signale dans un texte publié sur le site web du parti qu’au cours des dix prochaines années, le réseau de la santé de la province devra recruter 1300 infirmières afin de maintenir le niveau actuel des services à la population.

M. Austin, qui est député de Fredericton-Grand Lake, estime que les critères d’embauche des infirmières ont été établis pour respecter la Loi sur les langues officielles. S’ils étaient moins sévères dans certaines régions, il serait plus facile, à son avis, de pourvoir des postes vacants de professionnels en soins en embauchant des personnes qui ne peuvent communiquer en français.

D’autre part, le chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick reproche au Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick de diviser la population depuis dix ans. D’ailleurs, lorsque le Commissariat a déposé récemment son rapport annuel 2018-19, l’AGNB a écrit dans un communiqué que le contenu du rapport validait encore son raisonnement pour l’abolir.

La Loi sur les langues officielles, proclamée en 1969, énonce que le français et l’anglais sont les deux langues officielles de la province et reconnaît le droit fondamental des Néo-Brunswickois de recevoir des services du gouvernement dans la langue officielle de leur choix.

L’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick ne compte que trois députés à l’Assemblée législative, mais ils ont jusqu’ici permis au gouvernement progressiste-conservateur minoritaire du premier ministre Blaine Higgs de se maintenir au pouvoir.