La grande majorité des plaintes «conclues» au CISSSO en 2018-2019 touchaient les soins ou services reçus dans les centres hospitaliers.

Moins de plaintes médicales au CISSSO

Alors que le nombre de plaintes « administratives » a augmenté de manière significative l’an dernier au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), le nombre de plaintes de nature médicale a chuté de 18 %.

Les données contenues dans le dernier rapport du commissaire aux plaintes du CISSSO montrent que 165 plaintes concernant un médecin, un dentiste, un pharmacien ou un résident ont été dirigées vers un médecin examinateur en 2018-2019, soit 37 de moins que l’année précédente.

En incluant des dossiers antérieurs, les médecins examinateurs du CISSSO ont conclu 199 plaintes l’an dernier.

Des recommandations ont émané de ce processus. Dans le lot se retrouve une recommandation pour que le CISSSO « mette en place des moyens afin d’offrir les ressources permettant à ses chirurgiens de donner aux usagers des interventions dans des délais qui respectent les normes de pratiques ».

À LIRE AUSSI: L'année de toutes les plaintes pour le CISSSO

Une autre visait à ce que les processus soient révisés « afin de trouver une façon conviviale » pour que les radiologistes connaissent « les priorités des nombreux scans qu’ils ont à lire » et qu’ils puissent retracer les examens dont le délai de lecture prévu approche.

Il a aussi été recommandé au département d’obstétrique et de gynécologie de revoir le processus de transfert entre les médecins « à la fin et au début de chaque garde afin d’éviter que des patientes soient oubliées au suivi sur les étages ».

Les délais de traitement des plaintes médicales ont par ailleurs diminué au cours de la dernière année, « mais il y a encore beaucoup d’amélioration à faire », est-il précisé dans le rapport.

Le délai de traitement a en effet été plus élevé que la norme de 45 jours dans 76 % des dossiers. De nouveaux médecins examinateurs ont été recrutés, ce qui devrait permettre de réduire encore les délais.