McCann promet de tout faire pour maintenir les chirurgies dans toutes les régions

La ministre de la Santé, Danielle McCann, est-elle ouverte à l’idée de fermer des blocs opératoires dans certaines régions, comme le propose la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ)? Réponse de son cabinet : «On va tout faire pour protéger les services de proximité.»

Au cours des derniers jours, la présidente de la FMSQ, la Dre Diane Francoeur, s’est dite d’avis qu’en cas de très faibles volumes, des blocs opératoires pourraient être fermés pour «regrouper les effectifs» et assurer une continuité des services. «Il y a une question de volume. Si dans un petit centre, avec un centre qui est à une demi-heure, où on a juste, par exemple 50 naissances par année, c’est sûr qu’il faut se poser la question : “Est-ce qu’on doit garder tous ces centres-là ouverts?”» a-t-elle dit en entrevue à Radio-Canada, vendredi, dans la foulée de la découverture en césarienne à l’Hôpital d’Amqui.

La présidente de la FMSQ est revenue à la charge dans une lettre publiée mardi dans le magazine Profession Santé, où elle affirme que «l’offre de service en région doit être revue «en lien avec les besoins populationnels, les professionnels disponibles, la qualité, la pertinence, mais aussi les coûts». «Pour cela, il faut ramener le gros bon sens et sortir le politique et le corporatisme d’autour de la table de discussion», écrit l’obstétricienne de l’Hôpital Sainte-Justine, qui s’est rendue elle-même à Amqui le week-end dernier pour pallier la découverture en césarienne. 

Pendant la période de questions de l’Assemblée nationale, mercredi matin, le député André Fortin, porte-parole du PLQ en matière de santé, a demandé à la ministre Danielle McCann si elle partageait la position de la FMSQ sur la fermeture de certains blocs opératoires. «S’il y a bien un message que les gens des régions n’ont pas besoin d’entendre, c’est celui-là. Ces services-là sont en place pour une raison, pour offrir aux citoyens des services près de chez eux et pour éviter des drames», a-t-il dit. 

Le député de Pontiac a souligné que «ça fait des mois que la ministre nous dit que l’entente avec les chirurgiens, notamment pour assurer la couverture en région, est à quelques jours d’être signée». «Ça fait 84 jours qu’elle nous dit ça. […] La FMSQ, elle, veut fermer des blocs opératoires en région. Qu’est-ce que la ministre va faire?» a demandé le député de Pontiac, selon qui ce sont les citoyens, «une région après l’autre», qui font les frais de l’approche «passive» de la ministre.

«Notre orientation, dès le début, c’est de dire à la population du Québec : ce qu’on veut, c’est des services de proximité, des spécialités de base qui doivent être à travers le Québec, en Abitibi, en Outaouais, dans les régions de la Capitale-Nationale, du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, de la Côte-Nord. Dans toutes ces régions, le Québécois a droit aux mêmes services de base que l’ensemble de la population du Québec», a répondu la ministre de la Santé, mentionnant au passage qu’une chirurgienne pratiquant des césariennes assurera la couverture à Amqui dès le 1er septembre et que son ministère continuait à «travailler» pour «régler l’été également». 

«Je suis d’accord avec mon collègue [André Fortin] que ce n’est pas le patient qui doit se déplacer à des centaines de kilomètres. C’est nous qui devons organiser les services. Et les médecins spécialistes […] ont une responsabilité sociale et morale d’assurer ces services», a ajouté la ministre McCann.

Invité à préciser clairement si la ministre rejetait ou pas l’idée de fermer des blocs opératoires dans certaines régions, son attaché de presse, Alexandre Lahaie, nous a répondu que «notre position, c’est de protéger les services de proximité pour l’ensemble de la population du Québec, et nous allons tout faire» dans ce sens-là.