L'Université McGill ouvre la porte à l'enseignement 100 % en français à sa faculté satellite de Gatineau

Il sera impossible pour l'Université McGill d'offrir en français les cours purement théoriques à sa faculté satellite de médecine de Gatineau à temps pour 2016.
La porte reste toutefois ouverte pour y parvenir dans le futur, a toutefois précisé en entrevue avec LeDroit, mercredi matin, le Dr Samuel Benaroya, vice-principal adjoint santé et affaires médicales de l'Université McGill et coordonateur du Réseau universitaire intégré (RUIS McGill).«Nous allons démarrer le projet tel qu'il est présenté et nous ferons ensuite la réflexion afin de voir comment il est possible d'offrir la formation entièrement en français», a-t-il affirmé.
L'objectif est de démarrer le projet de formation le plus rapidement possible, indique le Dr Benaroya. «D'y arriver pour 2016 est déjà un défi très complexe, mais nous croyons pouvoir y arriver, dit-il. Il est toutefois impossible dans un aussi court laps de temps de transmettre la formation fondamentale en français. Il est aussi difficile de dire combien de temps cela pourrait prendre.»
Le Dr Beranoya, de qui répond le directeur régional de l'enseignement médical de l'Université McGill, le Dr Gilles Brousseau, soutient que c'est beaucoup plus un problème de ressources humaines que de volonté de l'université. «Il n'y a même pas de faculté de sciences de base en Outaouais, note-t-il. Le français n'est pas une question de coûts, mais la présence de professeurs dans votre région pouvant transmettre la formation fondamentale tel que prévu au curriculum développé par l'Université McGill.»
Plus de détails dans l'édition du Droit du 20 mars 2014