L’un des trois pneumologues du CISSSO qui œuvrent à l’Hôpital de Hull quitte le navire pour aller exercer à l’Hôpital Montfort, juste de l’autre côté de la rivière.

L’Outaouais perd un de ses trois pneumologues

Déjà aux prises après une offre de service « relativement limitée » en pneumologie, l’Outaouais perdra le mois prochain l’un de ses médecins spécialistes en la matière au profit de l’Hôpital Montfort, a appris Le Droit.

Le Dr Mathieu Saint-Pierre, qui avait commencé à pratiquer au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) à l’été 2016, a « récemment » remis sa démission, confirme l’organisation. Le pneumologue a respecté « la procédure habituelle », précise le CISSSO, et « s’est aussi assuré, comme il se doit, que ses patients reçoivent les suivis médicaux appropriés à leur condition de santé ».

Selon les plans du ministère de la Santé, l’Outaouais devrait compter sur les services de cinq spécialistes en pneumologie. Avec la démission du Dr Saint-Pierre qui entrera en vigueur à la fin mai, il n’en restera que deux.

Ce départ vient donc affaiblir l’équipe de pneumologie de l’Outaouais.

En septembre dernier, lors d’un événement médiatique pour souligner la première année d’activité de la clinique de pneumologie de l’Hôpital de Hull, le Dr Éric Forget avait d’ailleurs souligné que « l’offre de services en pneumologie en Outaouais est encore relativement limitée ».

Le pneumologue — l’un des deux qu’il restera en Outaouais — avait ajouté qu’un « bon pas en avant » avait été fait au niveau du recrutement, mais qu’il y avait « encore des choses qui sont quand même essentielles à la prise en charge d’une clientèle chronique qui font défaut ».

Le Dr Gilles Aubé, médecin de famille et porte-parole du nouveau regroupement Équité Outaouais, estime que le départ du Dr Saint-Pierre est une grosse perte pour la région. « C’est très, très triste, a réagi le Dr Aubé. [...] Cinq pneumologues, ce serait vraiment un minimum pour l’Outaouais. »

Dans sa pratique, le Dr Aubé doit évidemment diriger certains patients vers des consultations en pneumologie. Mais « les délais sont trop longs », déplore-t-il, alors que « les besoins sont absolus ». Il rappelle d’ailleurs que l’Outaouais est l’une des régions du Québec où le taux de tabagisme est le plus élevé, ce qui engendre davantage de cas de maladies pulmonaires et de cancers du poumon.

Au CISSSO, la porte-parole Geneviève Côté a indiqué qu’« il est encore trop tôt pour dire si certains patients devront se rendre à Montréal ou non » pour obtenir un suivi en raison du départ du Dr Saint-Pierre.

Du côté de l’Hôpital Montfort, on indique que le Dr Saint-Pierre y œuvre déjà depuis un certain temps.

Le service des communications de l’hôpital a fait savoir que le Dr Saint-Pierre ne souhaitait pas parler publiquement des raisons ayant motivé sa démission du CISSSO, et n’a pas pu dire, pour des raisons de confidentialité, si le pneumologue y consacrera la majeure partie de sa pratique.

Le site Internet de l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario n’indique toutefois qu’un seul lieu de pratique pour lui dans la province, à l’Hôpital Montfort.