Les Ottaviens en bonne santé, mais...

La population d'Ottawa fume toujours de moins en mois, est de plus en plus obèse et aime bien prendre un verre... ou plus. Voila quelques conclusions que renferme le rapport sur l'état de santé de la population d'Ottawa en 2014.
En général, les Ottaviens sont en bonne santé, assure la médecin adjointe en santé publique à la Ville d'Ottawa, Rosamund Lewis.
Le danger de l'obésité
Mais certaines tendances font craindre pour l'avenir, comme le taux d'obésité ou de surpoids, qui atteint 47 %. « C'est extrêmement inquiétant. La courbe du taux d'obésité fait le trajet inverse de celle du tabagisme », se désole la Dre Lewis.
À l'échelle de la province, la situation est encore plus alarmante : seulement 47 % des Ontariens ont un poids santé.
En somme, les gens mangent mal, trop vite, et ne bougent pas assez. Pour éviter la consommation de malbouffe, la Dre Lewis suggère de cesser de manger sur le pouce et faire du repas familial un moment incontournable de la journée. « Il faut manger beaucoup de légumes, de façon variée et surtout prendre son temps », recommande-t-elle.
Pour certaines personnes, souvent les plus pauvres, il est toutefois plus difficile de bien s'alimenter. Les quartiers défavorisés de la capitale côtoient des « déserts alimentaires », sorte de no man's land de la saine alimentation, où la restauration rapide foisonne et où les épiceries sont rares, signale-t-elle.
La Dre Lewis presse d'ailleurs les plus jeunes à avoir une saine alimentation, car les mauvais plis deviennent rapidement des habitudes. Selon le rapport, seulement le quart des écoliers de la 7e à la 12e année font le minimum d'exercice recommandé chaque jour.
Peu de tabac, plus d'alcool
Nouvelle plus réjouissante : le nombre de fumeur connaît un creux historique, autour de 11 %, par rapport à 20 % dans le reste de la province.
Or, la consommation d'alcool est bien ancrée dans les moeurs des Ottaviens. Près du tiers de la population de la capitale boit trop à chaque semaine, selon Santé publique Ottawa.
Environ 31 % des adultes ont tendance à avoir une consommation excessive. Pour un homme, le seuil recommandé est de trois consommations par jour ou 15 par semaine ; chez la femme, on parle plutôt de deux consommations par jour ou 10 par semaine. Pour ce qui est de la consommation du cannabis, 36 % des Ottaviens ont indiqué en avoir consommé au moins une fois dans la dernière année.
Malgré ces vices, l'espérance de vie des résidents d'Ottawa est enviable : 81 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes.
Le rapport indique que les blessures sont l'une des principales causes de mort prématurée et de handicap. Les chutes ont envoyé à l'urgence 24 000 personnes ; 2 500 ont été hospitalisées et 95 en sont mortes.
« Les chutes sont en augmentation. Ce n'est pas surprenant : la population vieillit et demeure active. C'est une bonne chose, mais les risques sont évidents. Nous essayons de promouvoir l'activité physique, tout en sensibilisant au fait que des chutes peuvent survenir », affirme la Dre Lewis.
Chez les aînés de 65 ans ou plus, les troubles de santé chroniques les plus fréquents sont l'hypertension (44 %), l'arthrite (44 %), les maux de dos (27 %), les maladies cardiaques (18 %) et le diabète (18 %).
En moyenne, plus de 60 personnes se suicident chaque année dans la capitale.