Sept installations d’hébergement, dont le CHSLD La Pietà, doivent faire des améliorations dans différents secteurs afin de se remettre à niveau.

Les CHSLD de l'Outaouais ont besoin d’améliorations

Température inadéquate des aliments, confidentialité des renseignements personnels non respectée et rangement non sécuritaire des produits dangereux sont au nombre des lacunes décelées l’an dernier dans différents centres d’hébergement et de soins de longue durée de l’Outaouais (CHSLD).

Sept installations publiques d’hébergement et de soins de longue durée de l’Outaouais ont fait l’objet d’une «visite d’évaluation de la qualité des milieux de vie» du ministère de la Santé en 2019. Dans cinq cas, il s’agit de CHSLD, tandis que pour les deux autres, il s’agit de places d’hébergement en milieu hospitalier.

Ces visites sont toujours effectuées par un évaluateur du ministère de la Santé, de même qu’un «membre désigné par un organisme partenaire représentant les droits des résidents et des aînés». Leur mandat vise à évaluer l’atteinte de huit objectifs dans les milieux de vie.

Le CHSLD de Mansfield-et-Pontefract — qui a longtemps été appelé le Manoir Sacré-Cœur — est celui où le plus grand nombre d’«éléments devant faire l’objet d’amélioration» ont été observés.

La visite d’évaluation au sein de cet établissement de 40 places a notamment permis de déceler que «certains membres du personnel ne répondent pas promptement aux besoins et aux demandes des résidents et [qu’ils] ne se montrent pas suffisamment courtois dans leurs échanges avec les résidents lorsqu’ils font preuve de familiarité envers eux, particulièrement par l’emploi du tutoiement».

À LIRE AUSSI: Quelques constats positifs dans les CHSLD de l'Outaouais

Toujours au CHSLD de Mansfield-et-Pontefract, à l’heure de repas, «la majorité des résidents» se retrouvent à table «plus de 20 minutes» avant de pouvoir commencer à manger.

Sur le territoire des Collines, il a été observé que «la température de la nourriture n’est pas adéquate» dans les deux établissements visités l’an dernier - le CHSLD des Collines et l’Hôpital Mémorial de Wakefield.

Du côté du CHSLD La Pietà, dans le secteur Hull, l’équipe a souligné que les lieux «sont propres», mais qu’ils «ne sont pas bien entretenus».

Recommandations

Le rapport sur le CHSLD de Mansfield-et-Pontefract contient neuf recommandations pour le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Dans le cas de l’Hôpital du Pontiac, où l’on compte 25 places d’hébergement, la visite d’évaluation a aussi mené à neuf recommandations. Du côté du CHSLD du Pontiac, situé juste à côté, il y a eu huit recommandations.

Pour les autres installations visitées l’an dernier, les rapports contiennent entre cinq et sept recommandations.

Le rangement non sécuritaire des produits dangereux a été observé dans six des sept établissements visités. Des enjeux de confidentialité des renseignements personnels ont été soulevés dans cinq installations, entre autres lorsque «certains membres du personnel discutent d’éléments confidentiels dans des lieux ou dans des contextes inappropriés».

Divers éléments touchant l’organisation d’activités doivent également être améliorés à plusieurs endroits.

C’est aussi le cas pour certaines procédures telles que la mise en place de rencontres hebdomadaires pour les équipes soignantes, ou encore l’intégration des proches pour des interventions de soins palliatifs et de fin de vie.

Le CISSSO a élaboré un «plan d’amélioration» après avoir reçu les rapports de chaque établissement. Même si un échéancier de reddition de compte auprès du ministère est prévu, le CISSSO assure que des mesures sont mises en place pour régler les éléments problématiques le plus rapidement possible après la réception des recommandations.

+