La porte-parole du CISSSO, Patricia Rhéaume, a indiqué qu’à l’instar de ce qui était observé en début de semaine, il n’y a aucune cause particulière expliquant l’engorgement dans les deux plus grosses urgences de la région.
La porte-parole du CISSSO, Patricia Rhéaume, a indiqué qu’à l’instar de ce qui était observé en début de semaine, il n’y a aucune cause particulière expliquant l’engorgement dans les deux plus grosses urgences de la région.

Le taux d'occupation dépasse 200% à l'urgence de l'Hôpital de Hull

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
L’urgence de l’Hôpital de Hull comptait mercredi plus du double de patients sur civière que sa capacité normale.

Sur papier, l’urgence du centre hospitalier du boulevard Lionel-Émond compte 25 civières. À 9 h, mercredi, ils étaient 51 patients à s’y trouver alités, ce qui représente un taux d’occupation de 204 %. Sur l’heure du dîner, ce taux a même atteint 228 %, avant de redescendre et de se situer à 180 %, à 15 h.

Selon les données du ministère de la Santé, les urgences de seulement cinq autres hôpitaux en province présentaient aussi, mercredi matin, un taux d’occupation de 200 % ou plus. Ils sont situés à Montréal, en Montérégie, en Estrie et dans les Laurentides.

Dans le cas de l’Hôpital de Hull, 19 des 51 patients occupant une civière de l’urgence mercredi matin s’y trouvaient depuis plus de 24 heures. Du lot, 13 y étaient depuis plus de 48 heures – la durée moyenne de séjour sur civière visée par Québec est de 12 heures. L’hôpital avait au même moment recours à neuf « civières de surcapacité » réparties entre les différentes unités de soins afin de désengorger l’urgence, tandis que sept lits étaient non disponibles en raison d’un manque de ressources humaines.

Une vingtaine de patients alités à l’urgence de Hull en début de journée, mercredi, étaient en attente d’hospitalisation.

Source: ministère de la Santé et des services sociaux du Québec

Du côté de l’Hôpital de Gatineau, l’urgence est aussi engorgée, mais dans une moindre mesure. On y enregistrait mercredi matin 46 patients sur civière, ce qui représente un taux d’occupation de 164 %.

La porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), Patricia Rhéaume, a indiqué qu’à l’instar de ce qui était observé en début de semaine, il n’y a aucune cause particulière expliquant l’engorgement dans les deux plus grosses urgences de la région.

Mercredi matin, la seule autre urgence de l’Outaouais où le taux d’occupation dépassait la barre des 100 % est celle de l’Hôpital de Papineau, avec 108 %.

Aux hôpitaux de Wakefield et de Maniwaki, seulement la moitié des civières étaient occupées, tandis qu’elles étaient toutes vides à l’Hôpital du Pontiac et dans les urgences des CLSC de Fort-Coulonge et de la Petite-Nation.

La situation a toutefois évolué en cours de journée. À l’heure du dîner, le taux d’occupation a par exemple atteint 125 % à l’Hôpital Mémorial de Wakefield et 150 % au CLSC de Fort-Coulonge.

Alternatives

Le CISSSO invite la population à considérer différentes alternatives avant de se présenter à l’urgence, si leur état de santé ne nécessite pas nécessairement une visite à l’hôpital. En plus des conseils qui peuvent être obtenus en appelant Info-Santé (au 8-1-1) ou en consultant un pharmacien, les citoyens peuvent entre autres se tourner vers leur médecin de famille ou leur groupe de médecine familiale, vers les cliniques d’hiver ou vers la superclinique Médigo. La recherche de places disponibles peut notamment se faire en ligne par le biais de la plateforme Rendez-vous santé Québec.

Le Centre de service ambulatoire en pédiatrie de l’Outaouais (819-966-6388) est aussi une option pour les 17 ans et moins.