La pétition demandait de mettre sur pied un «Registre québécois de la vitamine C par perfusion», pour autoriser les médecins à prescrire la vitamine C, ainsi que pour documenter l’innocuité et l’efficacité de la vitamine C à haute dose dans les cas de traitements médicaux complémentaires de cancer.

Le Parlement n’étudiera pas la pétition sur la vitamine C et le cancer

QUÉBEC — L’Assemblée nationale n’étudiera pas finalement une pétition controversée sur la vitamine C dans le cadre de traitements contre le cancer qui a recueilli près de 120 000 signatures.

En séance de travail jeudi, les élus des différents partis réunis à la commission de la santé et des services sociaux ont décidé de ne pas se saisir de la pétition. La décision a été prise à l’unanimité, notamment en raison du «manque d’études crédibles sur le sujet», selon une source qui a souhaité garder l’anonymat.

Cette pétition était parrainée par le député caquiste de Saint-Jérôme, Youri Chassin, qui l’a déposée le 19 mars. Elle soutenait que la vitamine C «peut atténuer de façon significative les effets secondaires induits par les traitements de chimiothérapie et ainsi augmenter la qualité de vie des patients».

Elle demandait de mettre sur pied un «Registre québécois de la vitamine C par perfusion», pour autoriser les médecins à prescrire la vitamine C, ainsi que pour documenter l’innocuité et l’efficacité de la vitamine C à haute dose dans les cas de traitements médicaux complémentaires de cancer.

Le pharmacien Olivier Bernard, surnommé le «Pharmachien» et connu pour son rôle de vulgarisateur scientifique, avait remis en question son dépôt à l’Assemblée. Il y voyait une «stratégie de lobbying politique qui contourne le processus scientifique» et qui comporte des risques pour la médecine et la santé publique.

M. Bernard avait interpellé M. Chassin en lui demandant en quoi une pétition, une commission parlementaire, ou encore un registre sur l’injection de vitamine C, comme le demande la pétition, pourrait permettre d’en apprendre davantage sur le plan scientifique concernant la vitamine C injectable.

Après avoir reçu plusieurs menaces pour avoir pris position dans ce dossier, le «Pharmachien» avait décidé de ne plus s’exprimer sur le sujet.