Josée Filion se retrouve à la tête du CISSSO à la suite du dernier coup de balai du gouvernement Legault.

Le «défi» de la nouvelle PDG du CISSSO

Deux mois à peine après son arrivée dans la région, Josée Filion s’est retrouvée à la tête du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), un «défi» qu’elle compte relever afin d’offrir «une plus grande satisfaction aux employés, à la clientèle et à l’ensemble de la population».

Débarquée en Outaouais en décembre dernier après avoir œuvré dans le réseau de la santé de Lanaudière, Josée Filion occupait le poste de présidente-directrice générale (PDG) adjointe jusqu’à ce que le gouvernement du Québec congédie l’ancien PDG, Jean Hébert, le 20 février dernier.

Mme Filion a du même coup été nommée PDG par intérim. «C’est un défi auquel je ne m’attendais pas», a-t-elle confié jeudi soir, en marge de la première réunion du conseil d’administration du CISSSO depuis le départ de M. Hébert.

La nouvelle grande patronne du CISSSO entrevoit l’avenir avec optimisme et entend travailler sur les six recommandations de l’accompagnateur qui avait été nommé par la ministre de la Santé, Danielle McCann, pour dresser le portrait des problèmes du réseau régional.

«L’arrivée du rapport et ses recommandations est un levier pour justement améliorer nos façons de faire, nos façons de travailler, et amener une plus grande satisfaction aux employés, à la clientèle et à l’ensemble de la population du territoire», a-t-elle mentionné.

Alors que les trois syndicats représentant les employés du CISSSO ont souvent dénoncé l’attitude de la précédente direction, Josée Filion affirme être «en mode écoute» et vouloir «prendre du temps avec les gens».

Le rétablissement d’un lien de confiance avec les employés et la population fait partie des priorités de la nouvelle PDG par intérim, un objectif qui doit passer par une meilleure «santé organisationnelle», croit-elle. Elle souhaite ainsi établir un «climat de travail harmonieux» afin d’assurer «une plus grande présence [des] employés au quotidien.»

Mme Filion croit qu’en améliorant le climat de travail, la pénurie de personnel pourra s’atténuer. «C’est clair que ce n’est pas quelque chose qui peut se faire à très court terme», précise-t-elle toutefois, en ajoutant que les équipes peuvent s’attendre «à une amélioration d’ici les prochains mois».

La PDG devra aussi s’attarder au rétablissement de services de proximité dans les différents territoires de l’Outaouais, un élément sur lequel a beaucoup insisté la ministre McCann. Des démarches sont déjà entamées, entre autres pour revoir l’offre de services dans les CLSC, a fait savoir Mme Filion.

Le CISSSO continue aussi à travailler sur l’élaboration d’un plan clinique pour l’horizon 2036, un document qui devra inclure le projet de nouvel hôpital — ou d’agrandissement — promis par la Coalition avenir Québec.

D’ici la fin juin, la nouvelle PDG sera épaulée par une accompagnatrice, Martine Couture. «Son rôle est très bien défini, assure Mme Filion. [...] C’est vraiment d’agir à titre d’accompagnatrice dans la mise en place des recommandations [de l’ancien accompagnateur Sylvain Gagnon].»

Dans son rapport, M. Gagnon avait précisé que ses recommandations sont des « propositions structurantes qui devront être mises en œuvre au plus tard le 30 avril ».