La totalité des recettes du Défi ira directement aux ateliers de prévention des toxicomanies offertes gratuitement à plus de 80 000 jeunes du secondaire par la Fondation Jean Lapointe.

Le Défi 28 jours sans alcool vise 10 000 participants

Cinq ans seulement après sa naissance, le Défi 28 jours sans alcool de la Fondation Jean-Lapointe vise 10 000 participants et souhaite recueillir un 500 000 $ durant le mois de février pour financer ses ateliers de prévention des toxicomanies.

Lentement mais sûrement, l’initiative commence à prendre la place laissée vacante après la fin du Téléthon Jean-Lapointe en 1998 comme principale activité grand public de la Fondation même si elle est encore bien loin des recettes de plus de 1,5 million $ qu’amassait le téléthon.

Le Défi 28 jours sans alcool a été lancé sans tambour ni trompette en 2014. «C’était tout petit et ce n’était que sur les médias sociaux», explique Annie Papageorgiou, directrice générale de la Fondation Jean-Lapointe. Au départ, les gens étaient un peu surpris de l’audace du défi.» Le défi propose aux participants de s’abstenir de consommer de l’alcool durant tout le mois de février et de verser un don de 28 $, soit un dollar par jour, à la Fondation Jean-Lapointe.

«Au départ, on soulignait que ce n’était pas grand-chose par rapport au montant dépensé en alcool durant un mois», souligne Mme Papageorgiou en indiquant que la façon de promouvoir le défi avait changé depuis. «Ce n’est pas tout le monde qui dépense ce montant en alcool. Par contre, 28 $, c’est ce que ça coûte à la Fondation Jean-Lapointe pour offrir nos ateliers de prévention à deux adolescents dans les écoles.»

L’an dernier, 7000 personnes ont participé au Défi pour des dons de 475 753 $. «Il en coûte 28 $ pour s’inscrire sur le site www.defi28jours.com et avoir accès à toute la plateforme, mais certains donnent davantage et d’autres se font parrainer également. Cette année, nous visons les 10 000 participants et les 500 000 $ en dons», indique Annie Papageorgiou. 

Trois formules

Autre nouveauté, le Défi 2019 offre trois possibilités aux participants. Le défi bronze consiste à s’abstenir du lundi au jeudi, le défi argent propose la même chose, mais du vendredi au dimanche, alors que le défi or consiste à ne consommer aucun alcool durant 28 jours. «Le défi permet aussi de parler socialement d’un sujet encore tabou, de prendre une pause dans notre consommation d’alcool et de voir la place que l’alcool prend dans nos vies», poursuit-elle.

La totalité des recettes du Défi ira directement aux ateliers de prévention des toxicomanies offertes gratuitement à plus de 80 000 jeunes du secondaire par la Fondation chaque année depuis dix ans et pour lesquels il y a actuellement une liste d’attente. «Nous ne le cacherons pas, la légalisation du cannabis a amené encore plus d’intérêt envers nos ateliers puisqu’ils ne concernent pas seulement l’alcool, mais toutes les toxicomanies», termine Mme Papageorgiou.