Le ministre de la Santé, Réjean Hébert.

Le CSSSG réprimandé par le ministre Hébert

Le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) s'est fait donner toute une tape sur les doigts, jeudi, par le ministre de la Santé du Québec, Réjean Hébert.
Ce dernier a accusé l'établissement de santé de ne pas avoir respecté les règles élémentaires de gestion en vigueur en offrant une rémunération trop importante à un cadre embauché à contrat en 2012.
Anomalie
Tel que LeDroit le révélait en décembre dernier, Luc LaRue, consultant en gestion des services clinico-administratifs de Montréal, a touché, pour une période de 15 mois, des honoraires de 380 000$ en plus de remboursements pour des dépenses de repas et de déplacement totalisant 55 000$.
Il occupait le poste de directeur par intérim du réseau de la santé physique pour le CSSSG. Le contrat de M. LaRue ne respectait pas les règles de rémunération de l'établissement, a noté le ministre.
«C'était une anomalie et elle a été corrigée, a-t-il dit. Ce n'est pas parce que l'établissement engage à contrat quelqu'un pour remplir les fonctions d'un cadre régulier qu'il peut faire fi des règles, a précisé le ministre Hébert. Ce que l'établissement a fait contrevient à toutes nos règles de gestion.»
Le porte-parole du CSSSG, Sylvain Dubé, explique que la direction de l'établissement croyait respecter les règles en vigueur en offrant un tel contrat à M. LaRue. «C'est la compréhension qu'on avait, dit-il. Il y avait place à interprétation. Nous étions de bonne foi, mais dans l'erreur.»
M. Dubé précise que le conseil d'administration du CSSSG doit adopter la nomination d'un remplaçant au poste de cadre qu'occupait M. Larue le 20 janvier prochain. L'établissement pourrait toutefois signer un nouveau contrat avec M. LaRue, dans un autre poste de direction ou d'accompagnateur.
Le président-directeur général de l'Agence de la santé de l'Outaouais, Jean Hébert, a précisé que dans l'éventualité où le CSSSG s'engagerait de nouveau financièrement avec M. LaRue, l'établissement de santé devra faire approuver les termes du contrat par l'Agence.