Un total de 67 nouveaux cas de coronavirus ont été dénombrés sur le bateau samedi.
Un total de 67 nouveaux cas de coronavirus ont été dénombrés sur le bateau samedi.

Le couple gatinois en quarantaine sur le Diamond Princess infecté par le coronavirus

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Le couple de Gatinois en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess, au large du Japon, a été infecté par le coronavirus.

Le couple septuagénaire, Diane et Bernard Ménard, affichait des symptômes s’apparentant au virus depuis quelques jours. Une batterie de tests aura permis de confirmer, samedi, qu’ils sont bel et bien atteints par la maladie.

«À 2h30 du matin, on a reçu un appel de mes parents sur FaceTime, donc toute la famille l’a appris en même temps», a confié la fille du couple, Chantal Ménard, en entrevue avec Le Droit

«On est démoli. Pour nous, c’est la fin du monde. Premièrement, la distance n’aide pas, ils sont quand même au Japon à l’autre bout de la planète. On se sent vraiment impuissants. On ne peut pas aller les voir pour leur apporter des trucs pour qu’ils se sentent plus confortables», ajoute Mme Ménard, précisant que ses parents ne s’alimentent plus depuis quatre jours.

Le couple gatinois fait partie des 67 nouveaux cas qui ont été dénombrés sur le bateau samedi. Après avoir reçu une lettre leur annonçant leur diagnostic, ils ont dû préparer un sac en 30 minutes pour être transportés en ambulance à tour de rôle vers un hôpital de Yokohama. Leur déplacement vers l’hôpital a été retardé en raison du manque de personnel pour accueillir ces nouveaux cas.


« Mes parents étaient en pleine forme et s’ils avaient pu être rapatriés au début comme on l’a demandé, tout ça ne serait pas arrivé. »
La fille du couple, Chantal Ménard

«Ce ne sont pas des gens très démonstratifs, je pense qu’ils ne veulent pas nous inquiéter ou nous faire pleurer, mais ils sont très faibles. Ils sont préoccupés par leurs valises et leurs papiers. Ils sont encore sur le bateau en attente d’être transportés à l’hôpital.»

«On a réussi à s’arranger pour qu’ils soient dans le même hôpital. Ça, c’est exceptionnel, parce que même dans la lettre qu’ils ont reçue, c’était confirmé que les couples seraient séparés, car ils envoient les gens là où il y a de la place.»

Mme Ménard souligne que les prochaines étapes demeurent nébuleuses dans ce dossier. «C’est l’inconnu pour nous. Ce qu’on sait, c’est qu’ils ne pourront pas être ramenés au Canada tant qu’ils seront porteurs du virus. Pour pouvoir revenir, ils doivent être testés négatifs, si ça prend trois mois, ça prend trois mois.»

Diane et Bernard Ménard ont contracté le coronavirus sur le bateau de croisière Diamond Princess au large du Japon.

«Silence radio» de la part des autorités canadiennes

Mme Ménard dénonce par ailleurs le silence des autorités canadiennes depuis le début de la quarantaine.

«Je n’ai eu aucune nouvelle ni de Greg Fergus, ni du ministre Champagne, ni du premier ministre Trudeau. C’est silence radio depuis deux semaines. Malgré que je les implore dans tous les médias, je n’ai eu aucune nouvelle», se désole Mme Ménard.

«J’ai même un peu de frustration parce que mes parents étaient en pleine forme et s’ils avaient pu être rapatriés au début comme on l’a demandé, tout ça ne serait pas arrivé.»

Diane et Bernard Ménard sont les 13e et 14e Canadiens à bord du Diamond Princess à être infectés par le coronavirus. Un total de 285 personnes ont contracté le virus depuis le début de la quarantaine, il y a deux semaines.

Les États-Unis ont d’ailleurs confirmé qu’ils allaient rapatrier les 400 Américains à bord du bateau de croisière dimanche afin que ces derniers complètent leur quarantaine dans leur pays. L’Australie emboîtera le pas et rapatriera aussi ses citoyens dimanche.

«C’est ce qu’on aurait aimé qu’ils fassent avec mes parents», conclut Mme Ménard.

+

Les Canadiens en quarantaine à bord du Diamond Princess bientôt évacués

Par ailleurs, en fin de soirée samedi, le gouvernement fédéral a annoncé qu'il évacuera finalement les Canadiens mis en quarantaine à bord du navire de croisière amarré à Yokohama, Japon.

Ces derniers sont coincés sur le Diamond Princess depuis dix jours en raison d'une éclosion du nouveau coronavirus, qui a infecté jusqu'à 15 Canadiens à bord.

Ottawa a nolisé un avion pour les rapatrier vers la base militaire de Trenton, dans le sud de l'Ontario, où ils seront mis en quarantaine pendant 14 jours supplémentaires.

Affaires mondiales indique que ces voyageurs seront examinés avant de pouvoir monter à bord. Ceux qui présentent des symptômes de COVID-19 seront plutôt pris en charge par le système de santé japonais.

Dans une déclaration commune, le ministre des Affaires étrangères, la ministre de la Santé et le ministre de la Défense nationale expliquent que cette décision a été prise en raison des «circonstances extraordinaires auxquelles sont confrontés les passagers» du navire.

Des experts se demandent notamment si leur confinement dans un espace aussi restreint pourrait avoir contribué à la propagation de la maladie.

En Ontario

L'agence a également annoncé que la mise en quarantaine a été levée pour 23 des quelque 400 Canadiens confinés à la base aérienne de Trenton, en Ontario.

Il s'agit des membres de l'équipage du deuxième avion nolisé par Ottawa pour rapatrier des Canadiens de la province chinoise de Hubei, où est située la ville de Wuhan, considérée comme l'épicentre de la propagation du nouveau coronavirus, dit COVID-19.

L'administratrice en chef de la santé publique dit avoir déterminé que ces 23 personnes ne représentent aucun danger grave pour la santé publique. Dans un communiqué publié samedi soir, la Dre Theresa Tam explique qu'«ils n'ont pas passé de temps au foyer de l'épidémie, ils ont utilisé de l'équipement de protection individuelle et ils n'ont eu aucun contact sans protection avec des passagers ou des personnes susceptibles d'avoir contracté le nouveau coronavirus».

La Dre Theresa Tam et son adjoint, le Dr Howard Njoo, ont précédemment indiqué que la mise en quarantaine se déroule bien et que les Canadiens touchés «sont en bonne santé et ne présentent aucun symptôme d'affection par le nouveau coronavirus».

Si rien ne change d'ici là, les personnes arrivées au pays le 7 février seront libérées de la quarantaine le 21 février tandis que celles arrivées le 11 pourront quitter la base de Trenton dès le 25 février.

On recense huit personnes atteintes du coronavirus sur le sol canadien après l'annonce d'un nouveau cas en Colombie-Britannique, dont trois en Ontario et les cinq autres en Colombie-Britannique. Le laboratoire national de microbiologie de Winnipeg vérifie les tests effectués sur ce nouveau patient.

Les autorités de la santé au pays ont tenu à souligner que le risque demeurait faible au Canada. «Le fait que nous avons pu détecter rapidement ce cas et prévenir la propagation du virus dans la collectivité démontre que notre système de santé fonctionne comme il le devrait», a souligné le Dr Njoo.

Le coronavirus a affecté plus de 67 000 personnes autour du globe, la vaste majorité des cas étant recensés dans la province chinoise de Hubei. La Presse canadienne