Un «plan d’amélioration continue a été élaboré par la Direction des programmes de santé mentale et dépendance» du CISSSO, à la recommandation d'un coroner.

Le CISSSO invité à revoir la qualité des services offerts

Un coroner recommande au Centre de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) de «revoir la qualité du suivi et des soins offerts» à un quinquagénaire qui s’est enlevé la vie au printemps 2019.

Dans un rapport daté du mois d’août dernier, le coroner Paul G. Dionne relate que l’homme «était connu du CLSC de la Petite-Nation» depuis un an lorsqu’il a mis fin à ses jours. Dépressif, l’homme «collaborait peu», souligne le Dr Dionne dans son rapport d’investigation.

À LIRE AUSSI :

Une coroner déplore un travail en «vase clos»

Un partage d'informations «primordial» 

Un soutien «régulier» était offert au quinquagénaire, qui «n’avait pas présenté d’idées suicidaires». Des contacts par téléphone ont eu lieu jusqu’à la mi-février 2019, date à laquelle il a été avisé qu’il allait changer de travailleur social. Ce n’est qu’environ un mois et demi plus tard que de nouveaux contacts téléphoniques ont été tentés.

Le Dr Dionne note que le suivi du CLSC «donnait confiance» à l’homme aux prises avec une dépression majeure. «Bien qu’il soit de la responsabilité de [monsieur] de prendre des rendez-vous et faire les demandes nécessaires, le dossier montre [qu’il] était isolé et introverti; le CLSC avait fait des relances avec succès, rapporte le coroner. L’interruption de service de février à avril n’a certainement pas aidé [l’homme].»

Le Dr Dionne recommande donc que le CISSSO revoie «la qualité du suivi et des soins offerts» dans les mois précédant ce décès. Sans vouloir commenter de cas précis, le CISSSO a indiqué qu’en réponse à la recommandation formulée dans ce dossier, «un plan d’amélioration continue a été élaboré par la Direction des programmes de santé mentale et dépendance».

+

BESOIN D'AIDE?

Le suicide ne se produit pas sans avertissement. Dans la majorité des cas, les personnes qui se sont suicidées avaient donné quelques signaux tels que:

  • Des messages verbaux directs et indirects
  • Des indices comportementaux
  • Des indices émotionnels
  • Des indices cognitifs
  • Des symptômes de dépression

En présence de signaux d’alerte, demander à cette personne si elle pense au suicide ne la poussera pas à commettre le geste. En effet, cette main tendue sera, dans la majorité des cas, accueillie avec soulagement.

Vous ou vos proches avez besoin d’aide ? N’hésitez pas à appeler au 1-866-APPELLE (277-3553), ou encore Tel-Aide Outaouais (819-775-3223) à Gatineau et 613-741-6433 à Ottawa). Du côté d’Ottawa, vous pouvez aussi appeler la ligne de crise en santé mentale d’Ottawa en composant le 613-722-6914. Vous pouvez également consulter le site commentparlerdusuicide.com.

Source: aqps.info