Le conseil de la MRC se dit « conscient des enjeux financiers et organisationnels » du CISSSO, mais estime que « l’offre de soins de qualité [...] doit demeurer prioritaire ».

Le CISSSO a «tout détruit» dans la Vallée-de-la-Gatineau

De la disparition de postes de cadres à la diminution de services en CLSC, en passant par la préparation à l’externe des repas servis dans les centres d’hébergement, les élus de la Municipalité régionale de comté (MRC) Vallée-de-la-Gatineau en ont gros sur le coeur en matière de soins de santé, au point où deux résolutions viennent d’être adoptées pour dénoncer la situation et exiger un meilleur financement régional.

La préfète de la MRC, Chantal Lamarche, ne mâche pas ses mots lorsqu’il est question du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) et de son président-directeur général, Jean Hébert, dont le mandat vient d’être renouvelé.

« On l’a rencontré, les 17 maires de la MRC et moi, et ça n’a rien donné, déplore Mme Lamarche. Il se fout complètement de ce qu’on lui demande, il nie tout, il nous rit dans la face. [...] Je n’ai rien contre l’individu, sauf que j’ai une job à faire pour la population. »

À lire aussi: Le CISSSO se défend

Mme Lamarche n’hésite pas à dire que la création du CISSSO, il y a trois ans, a « tout détruit le système dans la Vallée-de-la-Gatineau ».

« J’assume mes paroles », précise-t-elle.


« [Jean Hébert] se fout complètement de ce qu’on lui demande, il nie tout, il nous rit dans la face. »
Chantal Lamarche, préfète de la MRC Vallée-de-la-Gatineau

La préfète dit avoir elle-même constaté une dégradation des services en visitant son père au centre d’hébergement de Gracefield. Elle dénonce également la présence de « beaucoup » d’employés d’agences privées sur le territoire de la MRC. 

« Il y a plein d’employés malades ou en burn-out, affirme-t-elle. On peut bien être dans le trou. »

Le président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert

Le conseil de la MRC a adopté à l’unanimité, il y a deux semaines, deux résolutions pour tenter de faire bouger les choses. La première stipule que la MRC « réitère à nouveau ses préoccupations quant aux services de proximité offerts par le CISSSO en région et demande à la direction de cet établissement de rapidement mettre en place des mesures afin de protéger, maintenir et rétablir les services offerts en territoire val-gatinois ».

Plusieurs choses sont dénoncées dans la résolution, notamment la « diminution de services au CLSC de Low », la « fermeture des cuisines en CHSLD » et l’« absence quasi totale de personnel d’encadrement en région ».

Le conseil de la MRC se dit « conscient des enjeux financiers et organisationnels » du CISSSO, mais estime que « l’offre de soins de qualité [...] doit demeurer prioritaire ».

La préfète de la MRC Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche

Dans ce contexte, Chantal Lamarche affirme que la prochaine campagne électorale « va être importante ». Les élus de la MRC ont décidé de transmettre une copie de cette résolution au premier ministre Philippe Couillard, à son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et à la ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée.

L’autre résolution va plus loin, en demandant que « le budget alloué à la région de l’Outaouais [...] puisse être révisé à la hausse ». Encore là, la résolution doit être transmise à MM. Couillard et Barrette et à Mme Vallée, de même qu’au grand patron du CISSSO. Des copies des résolutions seront aussi envoyées aux autres MRC de la région et à la Ville de Gatineau dans le but d’obtenir leur appui.

Au cabinet du maire de Gatineau, on indique que Maxime Pedneaud-Jobin « est préoccupé par la situation vécue dans la MRC » et qu’« il réfléchit à déposer quelque chose » à la prochaine réunion du conseil municipal.