Dans une décision rendue le mois dernier, le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec (CMQ) statue que le chef du département de radiologie du CISSSO, le Dr Christopher Place, a enfreint plusieurs articles de son code de déontologie, en 2017.
Dans une décision rendue le mois dernier, le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec (CMQ) statue que le chef du département de radiologie du CISSSO, le Dr Christopher Place, a enfreint plusieurs articles de son code de déontologie, en 2017.

Le chef de la radiologie du CISSSO radié pour trois mois

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le chef du département de radiologie du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) est radié pour trois mois après avoir reconnu sa culpabilité aux quatre chefs de la plainte qui le visait pour avoir entre autres causé un retard dans un diagnostic de cancer du sein.

Dans une décision rendue le mois dernier, le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec (CMQ) statue que le Dr Christopher Place a enfreint plusieurs articles de son code de déontologie, en 2017.

La plainte reprochait notamment au Dr Place d’avoir fait «défaut de compléter la rédaction du protocole de radiologie» d’un examen d’imagerie par résonance magnétique  (IRM) «dans les délais que justifiait l’état de santé» d’une patiente qui avait souffert d’un cancer du sein en 2006 et qui constatait des changements à un sein.

Le syndic adjoint du CMQ lui reprochait également d’avoir modifié les conclusions de son rapport sans expliquer pourquoi et d’avoir omis de collaborer avec un collègue chirurgien qui s’occupait de la patiente.

La décision du Conseil de discipline révèle qu’à la suite d’une IRM urgente passée en juin 2017, le Dr Place «a omis de procéder avec diligence afin de compléter la transcription du protocole alors qu’il lui était possible de le faire», puisqu’«il a fallu 115 jours» avant que son rapport ne soit achevé. Pendant ce temps, le chirurgien attendait les conclusions du Dr Place «afin de poursuivre l’investigation», souligne la décision.

«Le retard [du Dr Place] à compléter son protocole a eu pour effet de retarder le diagnostic chez cette patiente, est-il précisé. Celle-ci a ainsi été privée d’une prise en charge efficace, car les soins auxquels elle a droit n’ont pas été fournis en temps utile. […] Dans le cas présent, la situation est d’autant plus inquiétante que la patiente a déjà souffert d’un cancer.»

Le chef du département de radiologie du CISSSO n’a pas non plus procédé à une échographie et à une biopsie chez la patiente, tel qu’il l’avait pourtant convenu avec son collègue chirurgien. «[Il] a fait preuve d’insouciance à l’égard de la santé de la patiente et envers ses collègues, lit-on dans la décision. Un tel comportement mine la confiance que le public et les collègues de travail peuvent avoir envers [lui]».

Recours au privé

Le chirurgien avait demandé une échographie avec biopsie au début du mois de juillet 2017. Malgré plusieurs rappels faits par le chirurgien, le Dr Place n’a pas donné suite à cette requête. La patiente a dû se tourner vers son médecin de famille pour obtenir une requête et passer une échographie dans une clinique privée, deux mois après la demande faite par le chirurgien auprès du Dr Place.

Dès le lendemain de l’examen au privé, son médecin de famille l’a informée «qu’il y a une masse importante et qu’elle doit être revue le plus tôt possible». Une autre radiologiste de l’Hôpital de Hull a ensuite procédé à une échographie et à une biopsie. Elle a alors révisé l’IRM passée deux mois plus tôt, examen pour lequel le Dr Place n’avait pas encore terminé son rapport.

L'Hôpital de Hull

Diagnostic

«La révision de cet examen permet de clairement identifier la présence d’une volumineuse masse d’allure tumorale», indique alors l’autre radiologiste, qui statue après l’échographie qu’il s’agit, jusqu’à preuve du contraire, d’un «cancer localement avancé du sein».

Il est alors proposé à la patiente de subir l’ablation totale du sein, après un passage en chimiothérapie.

Après avoir pris connaissance de la révision effectuée par sa collègue, le Dr Place a fait des modifications aux conclusions de son rapport sur l’IRM, sans laisser de traces de ce qui apparaissait avant et sans expliquer les raisons des changements apportés.

Membre du CMQ depuis 1989 et chef du département de radiologie depuis plus d’un quart de siècle, le Dr Place a reconnu tous les manquements contenus dans la plainte à son endroit, déposée à la suite d’une demande d’enquête faite par la patiente concernée.

Il avait également signé, au printemps dernier, un engagement pour «limiter son exercice de façon à en exclure l’imagerie par résonance magnétique des seins».

Le Conseil de discipline a accepté la recommandation commune des parties dans ce dossier, soit trois radiations à purger de manière concurrente pour un total de trois mois, de même qu’une réprimande et une amende de 5000$.

Le CISSSO n’a pas voulu réagir à cette décision, mais précise que le Dr Place «sera remplacé pendant sa radiation».