L’accompagnateur nommé par Québec enverra «un message clair» au CISSSO.

L'accompagnateur enverra «un message clair» au CISSSO

L’accompagnateur nommé par Québec pour dresser le portrait des problèmes au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) devrait livrer un rapport contenant des «recommandations structurantes» qui enverront «un message clair» à l’organisation.

Après avoir réclamé publiquement une rencontre avec l’accompagnateur Sylvain Gagnon la semaine dernière, les trois syndicats du CISSSO ont réussi à obtenir des rendez-vous téléphoniques avec ce «mandataire spécial» nommé par la ministre de la Santé, Danielle McCann.

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO), Lyne Plante, a pu discuter avec M. Gagnon pendant une heure, lundi, en compagnie d’autres représentants syndicaux.

«Ça a quand même bien été, il nous a écoutés, a indiqué Mme Plante. Il voulait savoir quelles étaient nos problématiques et savoir si on avait des solutions.. Nous sommes revenus sur ce qu’on avait écrit dans la pétition, comme le recrutement et les soins de proximité.»

M. Gagnon doit remettre son rapport à la ministre jeudi de cette semaine. 

La présidente du SPSO rapporte qu’il lui a fait savoir que le document allait «contenir des recommandations structurantes» et envoyer «un message clair au CISSSO».

Du côté de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la présidente régionale, Gille Delaunais, a indiqué que la conversation avec M. Gagnon s’est étirée sur plus d’une heure et demie, mardi avant-midi. Les représentants syndicaux ont pu exposer les problèmes vécus par leurs membres et les solutions qu’ils préconisent pour y remédier.

L’accompagnateur a fait preuve de «beaucoup d’écoute et d’ouverture», a souligné Mme Delaunais. Selon cette dernière, M. Gagnon a indiqué que son rapport contiendrait «quelques recommandations» qui seront «précises» et qui permettront «de mettre des choses en place rapidement».

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) devait aussi parler à M. Gagnon, mardi après-midi.

+

UN ACCOMPAGNEMENT À 125 $/HEURE

L’accompagnateur Sylvain Gagnon touche 125 $ pour chaque heure travaillée dans le cadre de son mandat auprès du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). 

Des documents obtenus par Le Droit en vertu d’une demande d’accès à l’information révèlent que le contrat de M. Gagnon prévoit une rémunération de 125 $ de l’heure, à partir d’une banque de 125 heures. 

« C’est une banque d’heures et non pas le nombre d’heures qu’il fera réellement, lit-on dans un courriel signé par un sous-ministre adjoint. Il est donc important de le libeller comme tel. » Le même document précise que puisque le mandat confié à M. Gagnon doit s’effectuer en Outaouais, il faut « prévoir des frais de déplacement et de représentation de 3000 $ pour la période », qui « débute le 17 décembre pour se terminer le 31 janvier avec possibilité de renouvellement ». 

Si la banque de 125 heures est utilisée en entier, ce contrat représentera donc des dépenses totalisant 18 625 $ pour environ un mois et demi de travail. Le mandat confié à M. Gagnon par la ministre de la Santé, Danielle McCann, prévoit qu’il doit notamment « analyser les enjeux relatifs à la réponse aux besoins de la population et l’organisation des services » et se pencher sur la gouvernance et la situation financière du CISSSO. 

Sylvain Gagnon cumule plus de 25 ans d’expérience comme gestionnaire dans le réseau de la santé, lisait-on dans le communiqué annonçant sa nomination. Il a entre autres été sous-ministre associé à la Direction générale des services sociaux du ministère, de 2010 à 2015.