La mère de la petite Charlotte Matha, Nancy Bouchard de Lochaber, se lance dans une campagne pour doter l’Outaouais d’un hôpital pour enfants.

La mère de la petite Charlotte rêve d’un « CHEO » en Outaouais

L’Outaouais devrait avoir son propre « CHEO », selon la mère de la petite Charlotte Mantha, cette enfant de Thurso décédée de l’influenza en janvier dernier.

Nancy Bouchard caresse ce rêve à long terme. En attendant, et afin d’améliorer rapidement les soins pour les enfants de l’Outaouais, sa famille organise une journée festive, ce samedi, afin de recueillir de l’argent au profit de la Fondation Santé Gatineau.

« On ne sait pas trop comment on va y arriver (à la création d’un hôpital pour enfants), mais pour l’instant, on veut sensibiliser les gens aux causes de l’influenza. Parce qu’une grippe, une vraie grippe, ce n’est pas un rhume. Ça prend plus d’informations, et un endroit où on peut avoir ces informations plus facilement. On est sous-informés. »

Charlotte Mantha, trois ans, a été foudroyée par l’influenza. Elle est décédée le 17 janvier dernier.

« Ma fille et mon conjoint l’ont eu. Mon conjoint s’en est sorti, mais pas Charlotte », regrette la mère.

Avant et après le décès, la mère a fait des recherches sur l’influenza, « Je n’arrivais pas à avoir de l’information, et je suis moi-même habituée à faire des recherches avec de bonnes sources, à cause de mes études universitaires. Alors je me dis que pour d’autres personnes moins habituées à chercher de la bonne information, ça doit être presque impossible. »

C’est pour cette raison que Nancy Bouchard rêve d’un hôpital pour enfant propre à l’Outaouais. « Il y a bien le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO), mais cet hôpital est loin pour certains résidents de la région. Ça prend un endroit où c’est clair, où l’on dit : ‘ici, on vaccine, et on informe sur la santé des enfants’. »

Le vaccin contre l’influenza ne fait pas partie des vaccins « universels » fournis à tous, comme ceux servant à combattre la rougeole, par exemple.

« Ce n’est pas aussi simple d’avoir des informations sur le vaccin contre l’influenza que ce l’est pour d’autres vaccins. »

Huit mois plus tard, Mme Bouchard a appris à vivre avec l’absence de sa fille. Les parents ont dû s’occuper du petit frère de Charlotte, et Mme Bouchard attend aujourd’hui un autre enfant.

Elle voit cette grossesse d’un œil différent.

« J’ai plus peur pour le bébé, après tout... C’est fragile, un bébé. Perdre un enfant est l’une des pires choses au monde. »

La fête familiale a lieu ce samedi au Centre Asticou, dans le secteur Hull.

Plus de 25 structures gonflables et jeux mécaniques pour les enfants de tous âges seront sur place. De la musique, de l’animation et des kiosques d’alimentation seront au rendez-vous.

Les profits serviront à la création d’un fonds de dotation en mémoire de Charlotte Mantha.