Les cas de maladie de Lyme ont plus que doublé à Ottawa entre 2016 et 2017.

La maladie de Lyme avance à Ottawa

Les tiques, et la maladie de Lyme qui leur est attribuée, gagnent du terrain à Ottawa. Une étude récente démontre que 30 % des parasites examinés par une équipe de scientifiques de l’Université d’Ottawa transportent la bactérie à l’origine de la maladie de Lyme, fort dangereuse pour l’humain.

De 2016 à 2017, les cas de maladie de Lyme ont plus que doublé à Ottawa, passant de 74 à 186 personnes infectées.

Manisha Kulkarni et Roman Kryuchkov, chercheurs à la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa, en sont venus à de nombreuses conclusions préoccupantes après avoir cueilli des échantillons dans divers secteurs de la capitale.

Les deux chercheurs, vêtus de combinaisons étanches, ont prélevé des tiques à patte noires dans des draps de flanelle, une matière qui retient bien ce type de parasite, aussi connu sous le nom de tique du chevreuil.

Dans l’ouest

Il semble que l’ouest de la ville est davantage touché par des tiques infectées par la bactérie ‘Borrelia burgdorferi’, à l’origine de la maladie de Lyme chez l’humain.

Mesurant seulement trois millimètres, cette tique peut provoquer des vies d’enfer chez les personnes touchées. L’infection est transmise lorsque la tique s’accroche à la peau de son hôte pour se nourrir de son sang.

Les symptômes consistent en des douleurs articulaires, des cas d’extrême fatigue, de paralysie faciale et même de maladies du cœur. 

Les recherches de la Dre Kulkarni comptent parmi les premières du genre dans la région d’Ottawa. Elles sont étalées sur trois ans, dans 23 sites de la ville, comme des parcs municipaux, des aires de conservation et forêts, des six sentiers récréatifs et un parc provincial, soit la Ceinture de verdure.

70 % de ces sites sont infectés de tiques à pattes noires.

Leur densité est plus élevée dans les sentiers et forêts.

« Aucune tique n’a été trouvée dans les parcs urbains, confirment les scientifiques. (Mais) notre étude démontre que les populations de tiques sont plus répandues qu’on ne l’avait pensé dans la région d’Ottawa, mentionne Dre Kulkarni. Les tiques commencent à apparaître dans certains secteurs de la ville plus rapidement que nous l’avions prévu. »

Carp Hills

L’étude pointe vers une région en particulier, Carp Hills, (ouest) comme étant particulièrement accueillante pour ce type de parasite. Les chercheurs veulent surveiller davantage les berges de la rivière des Outaouais, dans la prochaine année.

La tique à patte noire ne fait que commencer sa migration vers le nord. Selon Dre Kulkarni, les changements climatiques vont faciliter la vie de ces bestioles indésirables, et permettre leur prolifération à plus grande échelle. Les tiques peuvent aussi porter une bactérie nommée anaplasmose, à l’origine de fièvres importantes, de frissons, de céphalées et d’une intense sensation de malaise.

« La prévention des morsures de tiques et du retrait rapide des tiques fixées sur la peau est importante puisqu’elle peut réduire de façon importante le risque d’infection chez l’humain et prévenir la maladie », mentionne la Dre Kulkarni.