608 cas d’influenza ont été confirmés en laboratoire depuis le 29 octobre dernier sur le territoire de l'Outaouais.

La frontière interprovinciale de la grippe

L’intensité de la saison de la grippe observée cette année en Outaouais ne semble pas traverser les ponts interprovinciaux, le nombre de cas rapportés à Ottawa étant inférieur à celui de la rive québécoise, et ce malgré une population deux fois et demie plus élevée.

Les plus récentes statistiques de la Direction de santé publique de l’Outaouais font état d’une activité grippale encore très forte. Sur tout le territoire de l’Outaouais, qui compte quelque 390 000 habitants, 608 cas d’influenza ont été confirmés en laboratoire depuis le 29 octobre dernier.

De l’autre côté de la rivière des Outaouais, Santé publique Ottawa recense chez ses résidents 515 cas de grippe confirmés en laboratoire depuis le 1er septembre dernier.

Alors que les autorités de santé publique de l’Outaouais évoquent une activité grippale « étendue » sur leur territoire, celles d’Ottawa parlent d’une « activité localisée ». Si les urgences de l’Outaouais ont été débordées ces derniers temps, à Ottawa, il n’y a que l’Hôpital Queensway-Carleton qui a rapporté une hausse de l’achalandage liée à la grippe, au début janvier.

Les deux rives doivent tout de même composer avec des éclosions d’influenza. Il y en a actuellement huit dans les établissements de santé d’Ottawa, alors qu’on en rapporte 14 en Outaouais. Au moins cinq décès liés à la grippe ont été rapportés en Outaouais, tandis qu’on en compte 18 à Ottawa (dont 17 chez des personnes de 70 ans et plus).

Au-delà de la prévalence plus élevée observée sur la rive québécoise, des différences sont décelées au niveau des types d’influenzas en cause et de l’âge médian des personnes qui en sont atteintes.

Chez les résidents de la capitale, 62 % des cas confirmés en laboratoire étaient liés à l’influenza de type A. Du côté de l’Outaouais, c’est l’inverse : les deux tiers des cas sont de type B. L’âge médian des patients atteints est de 58 ans en Outaouais, et de 72 ans à Ottawa.

Médecin chez Santé publique Ottawa, la Dre Geneviève Cadieux note que plusieurs éléments peuvent expliquer ces différences interprovinciales. L’algorithme utilisé pour décider quels patients doivent faire l’objet d’un test en laboratoire peut ne pas être identique d’une province à l’autre, souligne la Dre Cadieux.

« En Ontario, cette année, pour être testé pour la grippe, il faut être hospitalisé ou faire partie d’une éclosion dans un centre de soins de longue durée ou un foyer pour personnes âgées », a-t-elle précisé.

Le portrait démographique de chaque territoire et le taux de vaccination peuvent aussi influencer l’intensité de la saison de la grippe. En Ontario, le vaccin contre l’influenza est offert gratuitement à « toute personne âgée de six mois et plus qui habite, travaille ou fréquente une école en Ontario ». Au Québec, la gratuité n’est offerte qu’à certaines clientèles, comme les enfants de moins de deux ans, les personnes souffrant d’une maladie chronique ou encore les personnes de 60 ans et plus.

Suffisamment de doses

La Dre Cadieux a fait savoir que Santé publique Ottawa distribue suffisamment de doses pour vacciner « autour de 40 % » de la population de la capitale.

Les données spécifiques sur le taux de vaccination en Outaouais ne sont pas encore disponibles, mais pour l’ensemble du Québec, 1,9 million de doses ont été acquises par le réseau public, ce qui permet d’atteindre moins du quart de la population. Le taux global comprend toutefois aussi les gens qui décident de payer pour obtenir le vaccin, qui est notamment offert dans plusieurs pharmacies.

« C’est sûr que le taux de vaccination, ça va influencer le nombre de cas », soutient la Dre Cadieux. Cette dernière rappelle que le vaccin est plus efficace pour l’influenza de type B cette année. C’est ce type qui est prédominant cette saison en Outaouais, alors qu’à Ottawa, c’est l’influenza de type A qui est le plus observé.

Malgré toutes les différences observées, les deux rives partagent tout de même une chose dans la présente saison de la grippe. 

Simultané

Généralement, l’influenza de type A frappe en premier et le type B ne se pointe que vers la fin février, mais cette année, les deux sont apparus en simultané.