À droite de l'image, aux abords de l'Hôpital de Gatineau, on aperçoit l'édifice en construction qui accueillera la faculté de médecine, au-dessus de l'urgence de l'établissement.
À droite de l'image, aux abords de l'Hôpital de Gatineau, on aperçoit l'édifice en construction qui accueillera la faculté de médecine, au-dessus de l'urgence de l'établissement.

La formation médicale en Outaouais sera offerte malgré les retards dans la construction

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
La construction de l'édifice devant accueillir la faculté satellite de médecine de l'Outaouais ne sera probablement pas terminée avant «la fin de l'automne» en raison de la pandémie de COVID-19, ce qui n'empêchera toutefois pas la première cohorte de commencer sa formation dans la région.

Le Dr Gilles Brousseau, doyen associé et directeur du Campus Outaouais de l'Université McGill, ne cache pas avoir été «un petit peu déçu» lorsque la pandémie a forcé l'arrêt des travaux à la faculté satellite, au-dessus de l'urgence de l'Hôpital de Gatineau.

«Notre calendrier allait tellement bien», a-t-il souligné en entrevue.

Presque deux mois après avoir été arrêtés, les travaux ont pu reprendre lundi. Les mesures de distanciation physique sur le chantier font toutefois en sorte que le nombre d'ouvriers est réduit. Des délais sont aussi anticipés pour la livraison de certaines commandes.

La toute première cohorte de 24 étudiants de la faculté satellite de médecine de McGill en Outaouais pourra quand même entreprendre sa formation dès le 18 août.

Les étudiants suivront «leur formation à distance, en ligne», comme c'est le cas pour la reprise des cours universitaires un peu partout.


« Il est possible qu'on puisse organiser de petits groupes, si la santé publique le permet, avec une distanciation de deux mètres. »
Dr Gilles Brousseau, doyen associé et directeur du Campus Outaouais de l'Université McGill

En fonction de l'évolution de la situation, certaines activités d'enseignement pourraient aussi avoir lieu «en présentiel», par exemple dans un local du Groupe de médecine familiale universitaire de Gatineau ou dans des salles de réception d'hôtels de la région.

«Il est possible qu'on puisse organiser de petits groupes, si la santé publique le permet, avec une distanciation de deux mètres», a fait savoir le Dr Brousseau.

Tous ces chamboulements ont forcé McGill à «adapter» le curriculum du programme. Certains cours magistraux pourront ainsi arriver plus tôt dans la formation, afin de repousser des éléments techniques comme les dissections et les simulations, a donné en exemple le Dr Brousseau.

«Ce que l'Université recommande, c'est que si on débute en non présentiel, ce serait préférable de faire toute la session en non présentiel, précise-t-il. […] On se garde toutes les portes ouvertes. Le plus important, pour nous, c'était de débuter le programme.»

Les 20 étudiants qui devaient commencer à l'automne leur année préparatoire aux études en médecine dans des locaux de l'Université du Québec en Outaouais devront aussi composer avec un scénario similaire, avec des cours en distance.

La pandémie «bouscule» aussi les autres étapes de la formation médicale, a indiqué le Dr Brousseau en donnant l'exemple du calendrier du programme d'externat intégré a aussi dû être modifié.