Dre Danyèle Lacombe, directrice du volet de la formation fondamentale de la faculté satellite de médecine de l’Université McGill en Outaouais.
Dre Danyèle Lacombe, directrice du volet de la formation fondamentale de la faculté satellite de médecine de l’Université McGill en Outaouais.

La faculté satellite de médecine de McGill en Outaouais prête à accueillir sa première cohorte

Une fébrilité est palpable chez tous ceux qui ont participé à la création de la faculté satellite de médecine de l’Université McGill en Outaouais, qui recevra sa première cohorte de 24 étudiants à la fin du mois. « Un projet de longue haleine » qui va « finalement » voir le jour, se réjouit la Dre Danyèle Lacombe, directrice du volet de la formation fondamentale.

« L’équipe est fébrile, on a hâte d’accueillir nos 24 étudiants, on a hâte de lancer ce beau projet-là », a confié la Dre Lacombe au Droit, à quelques semaines de l’aboutissement d’un travail colossal effectué ces dernières années.

Cela fait maintenant plus d’une décennie que l’idée d’implanter une formation médicale complète en Outaouais a été évoquée pour la première fois. Sous l’égide de l’Université McGill, le projet s’apprête à se concrétiser. « Un des objectifs, c’est d’augmenter la rétention des médecins de famille dans la région pour mieux desservir la population », souligne la Dre Lacombe.

À LIRE AUSSI : «Je vais peut-être tomber en amour avec Gatineau»

L’année préparatoire en français à l'UQO

La formation médicale en Outaouais sera offerte malgré les retards dans la construction

Dans son cas, le travail a commencé au début 2019. « J’ai quitté l’urgence après dix ans […] et j’avais un peu plus de temps libre », raconte la médecin de famille. Après avoir approché le Dr Gilles Brousseau — doyen associé de la faculté de médecine de McGill et directeur du Campus Outaouais — la Dre Lacombe a accepté le poste de directrice du bloc d’enseignement sur les maladies rénales.

Elle a « tellement aimé » l’expérience qu’elle a voulu en faire plus. Elle a ainsi obtenu le poste de directrice du volet des sciences fondamentales, ce qui fait d’elle la responsable du curriculum pour les 18 premiers mois de formation des futurs médecins.

Ce volet est divisé en dix blocs « qui correspondent aux différents systèmes » comme la cardiologie, le système respiratoire et les maladies infectieuses.

Recrutement

Les derniers mois de travail de l’équipe du Campus Outaouais ont entre autres servi à recruter des médecins voulant partager leurs connaissances avec la relève. « Au-dessus de 200 professeurs cliniciens » ont été recrutés, indique la Dre Lacombe.

Il a aussi fallu traduire le contenu du programme de quatre ans, et faire réviser le tout afin de s’assurer que les apprentissages correspondent avec la formation offerte à Montréal par l’Université McGill.

À terme, la faculté satellite de médecine de l’Outaouais comptera 96 étudiants, soit quatre cohortes de 24.

Aux yeux de la Dre Lacombe, il est indéniable que la petite taille de ces cohortes représentera un avantage pour les étudiants. « Sans aucune hésitation, je vous dirais que c’est un avantage parce qu’en médecine, quand on est capable d’avoir un contact plus direct avec les patrons [et] avec l’équipe de soins — que ce soit les infirmières ou les autres professionnels de la santé —, c’est sûr que ça procure une expérience plus riche, à mon avis. »

La pandémie

L’équipe du Campus Outaouais a toutefois dû modifier son plan de match initial en raison de la pandémie de COVID-19.

La construction de l’édifice qui accueillera les locaux de la faculté satellite, au-dessus de l’urgence de l’Hôpital de Gatineau, ne sera probablement pas terminée avant « la fin de l’automne » en raison des retards causés par l’urgence sanitaire.

Il n’a toutefois « jamais été question » de retarder le début de la formation, précise la Dre Lacombe. Les enseignants-cliniciens reçoivent présentement de la formation afin de maîtriser les outils technologiques nécessaires pour l’enseignement à distance. Un « modèle hybride » est aussi envisagé afin d’offrir certains cours en présentiel, si des locaux suffisamment grands pour respecter les mesures de distanciation physique sont trouvés.