La présidente du STTSSSO-CSN, Josée McMillan, a fait savoir en entrevue que le CISSSO a finalement contacté le syndicat, lundi soir, pour proposer une nouvelle rencontre entre les deux parties.

La CSN appréhende «un été difficile» au CISSSO

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais (STTSSSO-CSN) craint une «surcharge de travail» pour ses membres cet été en raison de la pénurie qui sévit actuellement.

Le STTSSSO-CSN a indiqué, par voie de communiqué, que le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) avait «mis fin aux discussions» sur la recherche de solutions au manque de personnel pour la période estivale à venir.

Selon la partie syndicale, l’employeur souhaitait «l’implantation immédiate de ses demandes concernant la mobilité et la flexibilité du personnel». Le syndicat s’oppose à cette démarche, entre autres puisque ces aspects font présentement l’objet de négociations pour le renouvellement des clauses locales de la convention collective.

La présidente du STTSSSO-CSN, Josée McMillan, a fait savoir en entrevue que le CISSSO a finalement contacté le syndicat, lundi soir, pour proposer une nouvelle rencontre entre les deux parties. Cette réunion doit avoir lieu mercredi, en matinée. «Ça nous donne espoir», note Mme McMillan, qui représente entre autres les préposés aux bénéficiaires et les agentes administratives.

Le syndicat s’oppose notamment au déplacement unilatéral d’employés à divers endroits sur le territoire. «On voudrait que ce soit sur une base volontaire et que l’employeur paye le kilométrage pour les employés qui sont déplacés», a indiqué la présidente du STTSSSO-CSN, en soulignant que ses membres sont «des bas salariés» du réseau de la santé.

Malgré la rencontre prévue mercredi, Mme McMillan ne se fait pas d’illusions. «Je pense qu’on va avoir un été difficile, qu’on s’entende ou qu’on ne s’entende pas», dit-elle.

Dans une réponse écrite, le CISSSO souligne pour sa part qu’une «nouvelle proposition» sera présentée au STTSSSO-CSN dans le but d’en arriver à une entente pour la période estivale. L’organisation n’a toutefois pas voulu commenter davantage ce dossier puisqu’elle «n’a pas l’intention de négocier sur la place publique».