Les dernières canicules ont fortement incommodé les patients de l’Hôpital de Hull au cours des dernières semaines.

La chaleur incommode à l’Hôpital de Hull

La chaleur était intense ces dernières semaines sur une aile du sixième étage de l’Hôpital de Hull, où des ventilateurs au plafond ont été hors service pendant plus de deux mois, indique un syndicat. Une situation inadmissible, selon le conjoint d’une patiente hospitalisée depuis la mi-juillet.

« Ce matin (jeudi), c’est mieux, mais les ventilateurs n’ont pas fonctionné pendant des jours, par exemple en plein cœur des canicules. Il y a même une employée qui a presque perdu connaissance, des collègues sont venues l’aider avec des compresses d’eau froide. Il faisait très chaud. Ce n’est pas agréable autant pour les patients que les employés. Mais malgré les circonstances, le service est impeccable, je lève mon chapeau au personnel. Le problème, c’est l’administration de l’hôpital, c’est elle qui est à blâmer », affirme Georges-Henri Lafrance.

Le Syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardio-respiratoires confirme que la situation a été difficile ces derniers temps et que plusieurs ont sué à grosses gouttes.

« C’est récurrent chaque été à l’Hôpital de Hull, qui n’est pas climatisé adéquatement, on le sait. Et ça n’ira pas en s’améliorant, avec les records de températures chaque année. [...] On me confirme que deux ventilateurs sur trois sur cette unité (6e ouest) ont été non fonctionnels pendant deux mois et demi, et qu’au moment où on se parle, l’un d’eux est maintenant fonctionnel. C’est un peu un non-sens, ç’a été très long et ce ne doit pas être excessivement compliqué de réparer tout ça. Les gens se plaignent, on fait souvent des interventions auprès de l’employeur à ce chapitre-là », de dire Jérémie Grenier, agent syndical au Syndicat des professionnels en soins de l’Outaouais.

Le syndicat admet toutefois que lors de journées où l’on ressent 40 et plus, comme ce fut le cas à quelques reprises cet été, les ventilateurs ne font pas « une énorme différence ».

M. Grenier confirme par ailleurs qu’une préposée aux bénéficiaires a bel et bien subi un malaise vagal sur cette unité de soins. Elle a par la suite quitté le travail pour le reste de la journée. Par contre, souligne le syndicat, la chaleur excessive pourrait ne pas être le seul élément à pointer du doigt, car l’employée en question ne se sentait déjà pas bien à son arrivée.

Ce dernier conseille aux patients et à leurs proches qui veulent dénoncer une telle situation de porter plainte au comité des usagers ou au conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

La porte-parole du CISSSO, Geneviève Côté, indique que le système de climatisation installé à l’extrémité de l’aile ouest du sixième étage a toujours été fonctionnel et que le dernier des ventilateurs hors fonction devait être réparé par un électricien vendredi matin.

« On a également des ventilateurs portatifs au besoin, on en a un total de 75 disponibles pour les unités de soins, lorsque les usagers en font la demande. Nous n’avons pas eu de plainte à ce sujet au sixième étage ouest. Si jamais des gens veulent apporter des ventilateurs, à moins d’une condition médicale particulière, il ne devrait pas y avoir de problème », note-t-elle.

Le CISSSO affirme que deux cas d’employés incommodés par la chaleur lui ont été rapportés ces dernières semaines.

« En période de canicule, on adapte la charge de travail et on donne des pauses plus fréquentes. Il y a des normes à respecter. Il y a aussi au besoin une douche au 9e étage et l’auditorium climatisé ouvert en tout temps pour le personnel », ajoute Mme Côté.