Dr Vera Etches

Inquiétudes à Santé publique Ottawa

La médecin-chef en santé publique d’Ottawa, Dre Vera Etches, s’inquiète des impacts que pourraient avoir les compressions envisagées par le gouvernement Ford, qui a annoncé la semaine dernière que le budget total des bureaux de santé publique sera amputé de 200 millions $ d’ici trois ans. Il s’agit d’une baisse de plus de 25 %.

Celle qui a exposé ses craintes lors de la réunion du Conseil de santé d’Ottawa lundi affirme que l’organisation nage dans l’inconnu étant donné que le ministère de la Santé et des Soins de longue durée n’a pas encore fourni plus de détails sur la suite des choses. Le gouvernement prévoit aussi une fusion des 35 bureaux locaux de santé, qui deviendront à long terme 10 bureaux régionaux.

« Une telle réduction pourrait limiter notre capacité d’offrir des services qui gardent la population en santé. Le rôle de Santé publique Ottawa, c’est de prévenir les maladies, les blessures. C’est aussi la promotion de la santé, de protéger la population. [...] C’est bon pour le système de santé, car on réduit la pression sur les urgences, les hôpitaux. Le coût est moindre par la suite quand on peut faire de la prévention », affirme la Dre Etches.

Chose certaine, elle avoue que cette incertitude fait craindre le pire à certains des quelque 500 employés de Santé publique Ottawa, car 86 % du budget est lié à la rémunération.

« Quand je me promenais dans les bureaux au lendemain du budget provincial, j’en ai entendu certains dire qu’il avaient peur de perdre leur emploi. [...] Mon approche, c’est d’être ouverte avec eux. Quand j’ai de l’information, je leur partage », indique-t-elle.

La Dre Etches soutient ne pas avoir « tous les morceaux du casse-tête » à l’heure actuelle, si bien qu’elle ignore s’il y aura des suppressions de postes, mais convient que c’est un « risque ».

Santé publique Ottawa prévoit avoir des nouvelles du ministère d’ici la fin avril.