Des professionnelles en soins étaient réunies devant le CHSLD Lionel-Émond, dans la nuit de lundi à mardi, pour le lancement d'une nouvelle campagne de la FIQ.
Des professionnelles en soins étaient réunies devant le CHSLD Lionel-Émond, dans la nuit de lundi à mardi, pour le lancement d'une nouvelle campagne de la FIQ.

«Il y a urgence d'agir» pour éviter l'«agonie» des soins de santé, plaide de la FIQ

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
«Danger pour la population.» «Il y a urgence d'agir.» «Les soins de santé sont à l'agonie.» Voilà quelques-un des messages qui ont été projetés sur un mur extérieur du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond de Gatineau, dans la nuit de lundi à mardi, dans le cadre d'une campagne de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

«Les soins de santé sont à l’agonie. Nous sommes la solution.» Tel est le thème de la nouvelle campagne de la FIQ, lancée dans le cadre de la négociation avec le gouvernement visant le renouvellement de la convention collective des quelque 76 000 professionnelles en soins du Québec.

Des «projections urbaines» nocturnes ont été organisées dans quatre régions pour l'occasion, dont l'une devant directement sur le CHSLD Lionel-Émond, juste en face de l'Hôpital de Hull.

Des professionnelles en soins étaient réunies devant le CHSLD Lionel-Émond, dans la nuit de lundi à mardi, pour le lancement d'une nouvelle campagne de la FIQ.

«Ça fait 20 ans que le gouvernement gère les soins de santé de la même façon, c'est assez, il devrait nous écouter, on a les solutions», a lancé le président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais (SPSO), Patrick Guay, en donnant l'exemple des ratios professionnelles en soins/patient plus «sécuritaires» que réclame la FIQ. Le syndicat réclame aussi «des équipes de travail complètes et stables» afin d'améliorer la situation.

«Si le gouvernement ne bouge pas rapidement, l’automne sera chaud, prédit pour sa part la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, dans un communiqué. Une série d’actions est prévue au cours des prochaines semaines afin de lancer un message fort au gouvernement. Après l’agonie, c’est la mort. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, ont la chance de marquer l’histoire en sauvant littéralement le réseau de la santé.»

En Outaouais, les soins infirmiers sont fragilisés depuis des années par une importante pénurie. Pas plus tard que la semaine dernière, trois sit-in sont survenus à l'Hôpital de Gatineau, à l'urgence et aux soins intensifs, en raison du manque d'infirmières lors de changements de quarts de travail.

Un grand nombre d'absences à l'unité des soins intensifs de cet hôpital est d'ailleurs en cours depuis la nuit de samedi à dimanche, une situation qui a notamment forcé le transfert de deux patients à Montréal. Le Centre intégré de santé et de services sociaux ignorait encore, lundi, à quel moment le service pourra être rétabli.

À LIRE AUSSI: Soins intensifs: un bris de service à durée indéterminée à l'Hôpital de Gatineau